Manu est Webdesigner et Chef de projet pour l’agence de création Web Grafimages depuis 2002.

Il est responsable de l’équipe de l’agence et de  la relation client/prestataire. Il conseille notamment les clients sur le projet à mettre en place (sites complexes, conception d’applications pour smartphones et tablettes, logo…).  C’est également lui qui réalise les maquettes des sites web et des applications.

Dans le cadre de la Semaine de la Création d’entreprise du 5 au 11 février sur Gautier-Girard.com, il a accepté de partager son analyse et ses conseils pour réussir à concevoir et à référencer une boutique en ligne. 

1 ) A votre avis, qu’est-ce qu’un site e-commerce efficace ?

Un site e-commerce efficace doit :

  • avoir un nom de domaine facilement mémorisable
  • disposer d’un logo et d’un design à la fois accrocheur (pour convaincre le visiteur de s’aventurer sur le site) et original (pour se démarquer de la concurrence). C’est d’autant plus important que la niche choisie est concurrentielle.
  • être optimisé pour un bon référencement on site (balises Title et meta Description correctement renseignées et différentes pour chaque page, contenu optimisé et hiérarchisé, attributs Alt des images renseignés…)
  • se servir des réseaux sociaux comme moyen de fidéliser une clientèle et élargir celle-ci
  • disposer d’un choix suffisant de produits et d’options, ainsi que du stock adéquat si nécessaire
  • proposer plusieurs moyens de paiement
  • être réactif face à une modification, une annulation ou un renvoi de commande.

2) Quelles sont les principales erreurs que vous pouvez constater dans la conception de boutiques en ligne ?

L’erreur que l’on rencontre le plus souvent est un site bâti à la va-vite, très souvent en utilisant des outils logiciels ou plateformes de création Web, qui ont l’avantage d’être peu chers ou gratuits, mais dont le résultat confine à l’amateurisme tant en matière de design que de code et d’optimisation SEO.

C’est bien souvent l’aboutissement d’un manque de préparation du projet initial et/ou d’un “coup de tête”, alors que, pour avoir une chance de réussir, il est préférable d’étudier le marché, de façon à identifier les besoins à satisfaire, d’étudier la concurrence pour connaître et comprendre leur fonctionnement, de planifier également le futur de l’activité, et de se fixer des buts réalistes en matière de progression et de CA.

C’est pourquoi il est bien souvent utile, voire nécessaire, de passer par les conseils et les prestations de professionnels expérimentés, qui pourront suggérer les solutions les plus appropriées par rapport à chaque projet et aux objectifs fixés.

3) Créer un e-commerce, c’est aussi envisager dès le départ des actions pour la faire connaître. Parmi les différents outils pour améliorer la visibilité d’un site, il y a bien sûr le référencement. Quels conseils pouvez-vous donner à quelqu’un qui souhaite promouvoir sa boutique sans avoir un gros budget ?

Qu’il s’agisse d’un site e-commerce ou pas, les conseils en matière de référencement de base sont les mêmes (ils peuvent être différents en matière de référencement “avancé”, en revanche).

On peut citer principalement :

  • Avoir un site optimisé, disposant d’un contenu (texte et images) unique
  • Utiliser les réseaux sociaux les plus courants (Facebook, Twitter, Google, mais aussi Pinterest, par exemple). Ça implique d’y passer un peu de temps quotidiennement, mais ça fait circuler l’information.
  • Dans le cadre des réseaux sociaux, ne pas uniquement parler de son site ou de son entreprise. Dans “réseaux sociaux”, il y a aussi une dimension sociale, plus personnelle, qui permet de paraître plus “humain”.
  • N’hésitez pas à mettre en place des promotions pour vos fans Facebook ou vos followers sur Twitter (exemple : -10% aux 10 premières personnes qui aiment ce message).
  • Utiliser aussi les forums, à condition d’y participer activement (par des interventions plus poussées qu’un simple “+1″ ou un smiley) et mettre son site en signature.
  • Inscrire son site dans quelques bons annuaires, généralistes comme thématiques, mais avec un texte unique d’au minimum 800 ou 1000 caractères.Fuyez les inscriptions automatiques dans 1000 annuaires ou les annuaires sans personnalité qui demandent une description de 2 lignes.
  • Éventuellement, l’utilisation des réseaux vidéo (Youtube, Dailymotion, Wat, Vimeo…) peut-être un plus si on dispose d’un ou plusieurs vidéos de qualité.

E-commerce : concevoir une boutique en ligne

4) Avoir un e-commerce suppose de continuer à le faire vivre, notamment en créant du contenu. Que pensez-vous de la création d’un blog ?

La création d’un blog est subordonnée à la motivation de son gestionnaire, dans la mesure où il s’agit d’un travail relativement astreignant, suivant la cadence d’écriture qu’on s’impose.
Au début, on poste beaucoup, et puis, ça fini par lasser, par prendre trop de temps, etc… Et le blog finit quasiment abandonné après quelques mois d’existence.
Ce n’est donc pas une décision à prendre à la légère dans le cadre d’un site professionnel.

Pensez-vous que cela soit recommandé pour tous les e-commerçants ?

Non, évidemment, le fait de mettre en place un blog sera relatif à la clientèle visée, à la concurrence, à la thématique du e-commerçant, à son ambition, etc…

Pour faire simple : une e-boutique qui fonctionne presque exclusivement en local (échelle départementale ou régionale, par exemple), qui propose les mêmes produits (exemple : terroir local) et a une base de clientèle fidèle au magasin réel n’aura aucun intérêt à avoir un blog, sauf volonté de passer à l’échelle nationale ou internationale.

A contrario, une énième boutique de lingerie ou de bijou devra probablement faire usage d’un blog pour se démarquer d’une concurrence extrêmement nombreuse et parfois relativement agressive.

Est-il préférable de séparer le blog de la boutique en ligne, et donc de créer deux sites, ou faut-il au contraire intégrer le blog au e-commerce ?

Il y a ici 2 types d’intégration :
1) blog et site séparés, quelle qu’en soit l’URL (voir plus bas)
2) site avec un blog intégré (en temps que module d’un CMS, par exemple)

Dans le cas 1, est probablement préférable de placer le blog en sous-domaine : http://blog.site.com ou dans un dossier séparé http://www.site.com/blog/ dans la mesure où, dans ces deux cas, le nom de domaine et le blog seront apparentés, ce qui ne sera pas forcément le cas d’un blog et d’un site sur 2 noms de domaines différents.

Dans le cas 2, du moment que le blog est correctement intégré au site, il n’y a probablement que peu de différence entre les deux approches.

5) Des boutiques en ligne font désormais leur apparition directement sur les réseaux sociaux., et notamment sur Facebook. Que pensez-vous de cette nouvelle tendance ?

C’est une évolution logique, mais je ne suis pas sûr qu’elle ait le succès escompté, hormis pour les “grandes marques” disposant déjà à la fois d’un site important et d’un budget de communication adéquat. Les réseaux sociaux sont essentiellement centré sur un modèle de partage, d’amis, etc… et non plus sur un modèle commercial.
Ceci dit, cette tendance est nouvelle et il serait hasardeux d’en prévoir le devenir sans étude sérieuse préalable.

Y a t-il également des « standards du web » à respecter dans ce domaine ?

Oui et non : les standards du Web en matière de comportement (la “Netiquette”) restent valable quel qu’en soit le contexte (réseaux sociaux, forums, commentaires sur les blogs…).
Les standards du Web en matière de design et de code sont forcément limités par la plateforme, on ne peut pas “avoir la main” sur l’ensemble des outils nécessaires (notamment en HTML et CSS).

On peut par contre raisonnablement s’attendre (c’est peut-être déjà le cas) à de nouveaux standards spécifiques au e-commerce sur les réseaux sociaux, chaque nouvelle étape importante du Web ayant entraîné son lot de standards.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement