Confier la création d’un e-commerce à un prestataire n’est pas une décision à prendre à la légère ! Faute d’avoir su correctement analyser les conditions générales de vente, de nombreux entrepreneurs ont le sentiment de s’être fait piéger. Sur le forum, les témoignages se multiplient : tarifs excessifs avec engagement dans le temps, contrats très difficiles à résilier, obligation de racheter le nom de domaine et les éléments du site en cas de résiliation, retards importants dans la conception de la boutique en ligne….

A l’occasion du lancement de la Boutique des Entrepreneurs sur Gautier-Girard.com, Houcine Katchi, dirigeant d’Iloga / JeSurfe France (une agence web spécialisée  dans le e-commerce), vous  indique quelles sont les clauses à surveiller avant de vous engager auprès d’un prestataire.

 Création e-commerce et clauses à surveiller

Quelles sont les 3 principales clauses des CGV à surveiller avant de s’engager avec un prestataire pour la création d’un e-commerce ?

Les trois principales clauses à valider avant de créer sa boutique en ligne sont toutes liées à la notion de “propriété”.

Concrètement, lorsqu’un client souhaite créer sa boutique en ligne, il doit vérifier dans les Conditions Générales de Vente les points suivants :

1 - Le nom de domaine, l’hébergement, la messagerie : tout doit être à votre nom.

Des outils gratuits permettent de vérifier cela. Idéalement, achetez vous-même votre nom de domaine et demandez au prestataire d’installer votre boutique en ligne “dessus”. C’est le seul moyen pour vous garantir une totale liberté par rapport au prestataire.

Pourquoi est-ce si important ? Si vous n’êtes pas propriétaire de votre nom de domaine et de votre boutique en ligne en général, vous ne pourrez pas quitter le prestataire - autrement vous risqueriez de perdre votre site.

Tout votre investissement financier, le temps passé à mettre en place votre boutique, à la faire connaître (pub web, flyers etc), la base de donnée contenant les factures de vos clients etc…Tout sera perdu. Pire encore, toute la communication faite autour du nom de votre site sera anéantie. Vous perdrez aussi votre référencement naturel - c’est-à-dire les mots-clés qui permettent de trouver votre site dans les moteurs de recherche. Or le référencement naturel est très long à se mettre en place et se bonifie souvent avec le temps.

Autre avantage de cette indépendance : une fois votre boutique en ligne créée par le prestataire, l’année suivante vous ne paierez que l’hébergement, soit 72€ par an à titre indicatif.

Attention: sur certains sites de location de boutique en ligne, il est courant de mentionner que “vous serez propriétaire”. Or si vous lisez bien les clauses de leur contrat, rien ne permet de le confirmer (par exemple, il n’est pas précisé dans le contrat que vous avez la possibilité de transférer votre e-commerce chez un autre prestataire / hébergeur). Il s’agit là d’une simple mention marketing sans aucune garantie concrète dans les faits. En clair, vous n’aurez que la propriété intellectuelle du contenu mais pas la propriété de votre boutique en ligne. Il faut donc idéalement trouver un prestataire offrant la totale propriété de votre site et impérativement transférable ailleurs.

2 - Quels seront les délais et les coûts après la création de votre boutique en ligne ?

Vérifiez dans les clauses du contrat si le prestataire s’engage sur les délais pour la création de votre boutique en ligne. Attention à bien s’interroger sur le sens que donne le prestataire sur la notion de produit fini et livrable. Certains restent flous sur cette notion de produit fini, ce qui leur donne toute latitude pour allonger les délais. Une boutique en ligne livrable est une boutique en ligne prête à vendre.

Pour ce qui est des coûts de maintenance après la création de votre boutique en ligne, vérifiez dans les CGV ce qui est inclus ou ne l’est pas. Il faut savoir que parfois le coût de la maintenance est bien supérieure au coût de la création. De plus, songez au coût de gestion de contenu (appelé souvent “webmastering”). Optez pour une une boutique en ligne administrable par vous-même. Voir aussi si les tarifs sont clairement affichés sur le site du prestataire. En effet, le risque de surfacturation est élevé. Exemple: une intervention pour remédier à un dysfonctionnement (bug) peut coûter entre 50 et 100€ de l’acte ! Idem pour l’assistance. Vérifiez les tarifs et surtout si le numéro d’appel de l’assistance n’est pas surtaxé. Certains prestataires incluent l’assistance et le SAV dans le forfait initial.

3 - Durée et clause de résiliation du contrat

Vérifiez que vous n’êtes pas lié contractuellement dans le temps. Certains clients se retrouvent coincés avec des contrats de plusieurs années parce qu’ils n’ont pas été attentifs sur ce point là.

Voir aussi la manière dont le contrat est reconduit le cas échéant: reconduction tacite etc.. exactement comme pour tout contrat.

Un autre élément très important : le contrat est-il cessible ou pas ? Une pratique se développe en effet depuis quelques années : certaines agences revendent leur contrat à des banques pour pouvoir se désengager légalement de toute obligation de service. Le client devient alors un simple créancier d’une banque dont il est redevable vis-à-vis des sommes dues pendant tout le temps du contrat  sans avoir aucun service rendu en contrepartie. Cette pratique du “One shot” est présente dans beaucoup de domaine et n’épargne pas le secteur web.

Pour ce qui concerne les clauses de résiliation, concrètement, posez-vous la question suivante : que se passera-t-il si vous n’êtes plus satisfait et que vous désirez  quitter votre prestataire ? Est-ce que vous pourrez contractuellement résilier à tout moment tout en conservant votre boutique en ligne ?

En conclusion : avant de vous engager, comparez, prenez le temps de lire le contrat, de le soumettre pourquoi pas à un avocat d’affaire ou à une association de consommateurs spécialisée. Dans le domaine de la prestation web,  on constate souvent que  les CGV regorgent de terme techniques très pointus incompréhensibles pour le novice et trop souvent au détriment du client. Privilégiez des CGV claires et lisibles.

Si vous ne deviez retenir qu’une seule recommandation, elle devrait être la suivante : assurez-vous d’être le vrai propriétaire de tout votre site.

Contacter JeSurfe

Je Surfe fait partie des prestataires sélectionnés pour figurer dans la Boutique des Entrepreneurs !

Consultez sa fiche détaillée et profitez d’une offre exclusive réservée aux lecteurs de Gautier-Girard.com : JeSurfe dans la Boutique des Entrepreneurs

Crédit photo : merci à Jocelyn

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement