Comment réagiriez-vous si l’avocat censé vous défendre vous laissait tomber au dernier moment devant le tribunal ? Ou si vous réalisiez qu’il vous a donné de mauvaises informations et que vous n’avez aucun recours ?

Cette mésaventure arrive malheureusement à de nombreux entrepreneurs, victimes de ces escrocs que l’on appelle généralement les “faux avocats”.

Voici ce que vous devez savoir pour éviter de tomber dans le panneau.

Faux avocat

Votre situation

Vous êtes confronté à un problème juridique lié à votre activité :

  • un client qui conteste un contrat
  • des questions liées à vos obligations professionnelles
  • vous voulez contester un contrat
  • vous avez un problème avec un fournisseur ou un prestataire
  • ….

En bref :  vous avez besoin d’aide. Comme vous n’avez pas de gros moyens, vous cherchez un avocat ou un conseil juridique à un tarif abordable. Mais si vous tombez dans le piège des faux avocats, cela risque de vous coûter beaucoup plus cher que prévu….

Qui sont ces escrocs et comment se présentent-ils ?

Vous allez trouver, pêle-mêle :

  • des prestataires basés à l’étranger
  • des étudiants qui ont raté leur examen pour devenir avocat
  • des avocats radiés du barreau
  • des amateurs qui ont quelques connaissances en droit ou qui compilent ce qu’ils trouvent sur le web

La façon de procéder est souvent identique : on vous propose des prestations low-cost “en kit”.  Grosso modo, votre interlocuteur va vous expliquer votre affaire en long et en large, les subtilités de certaines lois, et ce qu’il va falloir plaider.

Sauf que :

  • les informations fournies sont souvent incorrectes ou trop généralistes pour s’adapter à votre cas
  • face au juge, lorsque vous plaidez vous-même, le château de cartes s’effondre subitement car il vous manque des éléments et vous ne maîtrisez pas certains aspects du dossier
  •  les faux avocats qui vous promettent de plaider pour vous ont une fâcheuse tendance à vous laisser tomber à la dernière minute….

Les conséquences pour les entrepreneurs

Elles sont très lourdes financièrement et psychologiquement !

Ces arnaqueurs ne sont pas tenus de respecter un code de déontologie,  ni même le secret professionnel: c’est un peu comme si vous racontiez tous les secrets de votre entreprise à vos concurrents ou à un parfait inconnu…. Cela peut-être préjudiciable pour vous, mais aussi, selon les cas, pour vos clients (or, vous avez la responsabilité d’assurer la confidentialité et la sécurité de leurs données).

Autre inconvénient, de taille : ces faux avocats ne disposent pas d’une assurance professionnelle. S’ils commettent une faute, vous n’avez donc aucun recours et vous ne serez pas indemnisé !

Certains n’hésitent pas non plus à vous imposer de les contacter via des numéros surtaxés et/ou de vous faire payer avant même d’avoir obtenu un conseil : au final, le tarif est nettement plus élevé que celui d’un véritable avocat, et vous ne bénéficiez pas de l’expertise d’un véritable professionnel.  Il peut même arriver que vous dépensiez de l’argent totalement pour rien : vous envoyez votre dossier à une adresse postale, mais il s’agit en réalité d’une simple boîte aux lettres. Donc personne ne vous répond.

Enfin, il ne faut pas sous-estimer l’impact psychologique. Perdre un procès ou voir votre responsabilité engagée alors que vous êtes de bonne foi n’est pas ce qu’il y a de plus facile à vivre.

Sur le web…mais pas seulement

C’est un peu comme avec les faux experts-comptables : ils sont présents sur le web mais pas seulement. Et c’est justement ce qui est dangereux car, de bonne foi, une de vos relations peut vous recommander un faux avocat.

Les annonces sur certains sites comme Leboncoin, les sites soi-disant spécialisés sont la partie émergée de l’iceberg.  A la limite, c’est même celle qui est la plus facilement identifiable puisqu’en règle générale on vous demande de payer avant de recevoir un conseil et votre conseiller reste presque toujours “virtuel”. Ils ne vont d’ailleurs pas se présenter formellement comme étant des avocats : ils se disent conseils en matière juridique, jurisconsultes et autres experts en droit.

A contrario, les entrepreneurs sont souvent moins vigilants lorsqu’il s’agit d’un faux avocat ayant pignon sur rue.

Les précautions à prendre

Il vous faut systématiquement vérifier si votre avocat/conseil juridique/jurisconsulte est bien inscrit au Barreau.

Dans tous les cas, ne vous laissez pas aveugler par des tarifs discount, une disponibilité 24h/24, la promesse d’une spécialisation dans tous les domaines du droit ou une adresse connue comme les Champs-Elysées (ce peut-être une simple boite postale).  Regardez également si vous allez avoir la possibilité de rencontrer ou de contacter votre avocat sans passer systématiquement par un e-mail ou par un numéro surtaxé.

 Crédit photo : merci à Butte-Silver Bow Public Library

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement