La recherche du bon associé pour lancer un projet qui vous tient à cœur n’est pas du tout un long fleuve tranquille. Alors quand on a fait une rencontre prometteuse, on a tendance à s’enflammer et à foncer… peut-être un peu trop vite !

Il y a en effet certains écueils à éviter si vous voulez que votre collaboration parte sur de bonnes bases et qu’elle perdure dans le temps.

Comment partir sur de bonnes bases avec ses associés ?

1) Ne cherchez pas votre clone

La majorité des entrepreneurs trouvent leur associé dans leur premier ou deuxième cercle relationnel. Il y a donc de grandes chances que votre futur associé fasse déjà partie de vos connaissances.

Mais ne vous précipitez pas non plus ! Ce n’est pas parce que votre pote d’enfance croit en votre projet et qu’il vous ressemble comme deux gouttes d’eau qu’il fera un bon associé.

Vous devez trouver quelqu’un qui apporte autre chose à l’entreprise. Vous devez être complémentaires ! Il peut donc être utile de creuser aussi du côté des réseaux pour trouver le bon profil.

2) Prenez le temps de tester votre compatibilité

Les associés ne sont pas des robots ! Il ne faut pas seulement prendre en compte l’aspect professionnel et la complémentarité de l’autre.

Humainement, vous devez aussi être compatibles. Avant de signer le pacte d’associés, il est donc préférable de travailler ensemble quelques semaines pour tester votre entente mutuelle et confronter vos caractères.

Cela vous permettra aussi de creuser certains aspects concernant votre future entreprise : avez-vous la même vision de votre future collaboration ou de votre société ? la même éthique ? la même motivation ? la même approche concernant votre collaboration et votre fonctionnement ?

3) Prévoyez les situations de crise

Profitez de l’euphorie et de l’ambiance idyllique du début pour prévoir les situations de crise.

Il faut notamment vous demander :

  • comment éviter les situations de blocage en cas de désaccord (si vous entreprenez à deux notamment il faudra prévoir une répartition des parts qui ne soit pas simplement un 50/50),
  • comment gérer le départ d’un ou plusieurs associés : conditions pour la revente des parts, clause de non-concurrence, etc.

4) Établissez un pacte d’associés en toute transparence

Qui va faire quoi ? Quel engagement attendez-vous de vos associés ? Quel est le volume d’heures de travail hebdomadaire à prévoir ? …

Discutez en toute transparence de toute l’organisation de votre future société. C’est d’ailleurs un excellent baromètre ! En effet, vous verrez vite s’il y a de gros désaccords dès le départ et si vous devez vous lancer dans une négociation sans fin pour trouver des compromis. Si c’est le cas, cela peut signifier des complications à venir…

Ensuite, formalisez tous vos échanges dans le pacte d’associés. Ce document est fondamental : il vous servira ensuite de boussole en vous fournissant un socle auquel vous référer à chaque fois que cela sera nécessaire. Un peu comme les CGV dans la relation vendeur/acheteur !

Alors que si vous vous contentez d’aborder certains sujets à l’oral, vous risquez ensuite d’avoir de grosses déconvenues.

5) Faites régulièrement le point avec vos associés

Même si votre activité démarre en trombe et que vous avez le sentiment de ne plus avoir une minute à vous, prenez le temps d’organiser plusieurs fois par an (2 à 3 fois par exemple) un échange en profondeur avec les autres associés.

Discutez de votre stratégie, des plans d’action à mettre en place et des grandes orientations à prendre. Il s’agit de s’assurer que tout le monde est d’accord pour éviter des conflits à venir ou des rancœurs (qui finissent tôt ou tard par s’exprimer de façon néfaste pour l’entreprise).

Et vous, qu’en pensez-vous ? Comment procédez-vous dans votre entreprise ?

Crédit photo : Yoel Ben-Avraham 
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement