Jean-Marie Chalot est le fondateur d’Ambi-Coach, un cabinet de conseil spécialisé dans l’accompagnement des créateurs, des repreneurs et des dirigeants d’entreprise. Avant, il a été pendant 17 ans Directeur administratif et financier et Secrétaire général de PME. Il a également suivi une formation pour apporter une véritable soutien sur le plan humain aux entrepreneurs.

Son cabinet vient également d’être sélectionné pour figurer dans la Boutique des Entrepreneurs !

Dans cette interview, Jean-Marie revient sur les difficultés que rencontrent au quotidien les créateurs et les dirigeants d’entreprise et il montre qu’il est possible de s’en sortir. 

Difficultés des entrepreneurs : il y a des solutions

Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise, en quelques mots ?

Je suis Jean-Marie Chalot, j’ai 37 ans et j’ai passé 17 années à accompagner des dirigeants de PME en occupant les postes de Directeur Administratif et Financier et Secrétaire Général.

Il y a un peu moins de deux ans, j’ai choisi de changer de voie et de prendre mon indépendance.

Cette décision est le fruit d’une volonté de mettre mes compétences et mon savoir-faire technique au service d’un public plus large mais aussi et surtout d’avoir une approche différente et plus humaine de l’entrepreneuriat.

Pour cela, j’ai complété mon cursus initial de financier par une formation certifiante en coaching et en approche systémique.

Aujourd’hui, à travers ma société Ambi-Coach que j’ai créé en septembre 2014, je propose aux créateurs d’entreprises et aux dirigeants de TPE et PME de les accompagner aussi bien techniquement qu’humainement vers l’atteinte de leurs objectifs et la réussite de leur entreprise.

Pourquoi créer une agence spécialisée dans l’accompagnement des créateurs et des dirigeants de TPE/PME ? Est-ce que les structures qui existent (CCI/CMA, experts-comptables…) n’offrent pas une aide suffisante ?

Mon expérience professionnelle m’a permis de constater que les entrepreneurs en création d’activité ou en exercice sont très seuls:

- Techniquement, tout d’abord :

Bien que des structures d’aides tels que la CCI ou la CMA existent, il est très difficile d’avoir accès à des informations et conseils personnalisés pour les créateurs d’entreprises.

Pour les dirigeants d’entreprise, l’expert-comptable va avoir une importance primordiale pour la comptabilité et la gestion courante. Cependant, il ne va pas forcément avoir la possibilité de porter un regard sur l’entreprise dans son ensemble. Pour ma part, je ne peux dissocier l’entreprise et son dirigeant des notions de pilotage, d’organisation, de développement, de management et de gestion financière.

- Humainement, aussi :

Entreprendre ou être entrepreneur, c’est avant tout une aventure humaine qui va impacter son environnement et ses comportements.

Face aux différentes prises de risques, à l’investissement personnel et aux différentes problématiques rencontrées par un dirigeant ou un futur dirigeant, l’impact humain est important.

Apprendre à gérer ses émotions, mieux se connaître, avoir davantage confiance en soi, agir malgré ses peurs, renforcer sa motivation et prendre du recul sur une situation sont autant de facteurs qui vont permettre à l’entrepreneur de réussir.

Ce sont ces raisons qui m’ont amené à proposer aux créateurs d’entreprises, aux indépendants et aux dirigeants de TPE et PME de les aider d’une part en analysant techniquement leurs problématiques et en les conseillant sur les options disponibles pour les résoudre, mais aussi en les accompagnants humainement grâce aux méthodes du coaching.

Ce double accompagnement va faire émerger des solutions qui seront acceptables pour l’entreprise et pour le dirigeant.

Quels sont les principaux problèmes auxquels sont confrontés les créateurs et les dirigeants d’entreprises que vous rencontrez ?

Pour les créateurs d’entreprises, on constate souvent qu’ils ont l’idée, et l’envie d’entreprendre autour de cette idée, mais qu’ ils n’ont pas d’approche structurée pour concrétiser leur projet.

Lorsqu’il s’agit de faire un business plan, d’envisager des prévisions financières ou avant tout d’étudier la faisabilité de leur projet, cela devient souvent fastidieux et compliqué car ils n’ont pas les compétences techniques pour le faire et préfèrent « foncer » tête baissée dans l’aventure.

Bien souvent, lorsqu’un créateur se lance « sans filet », il se retrouve soit en situation d’échec, soit dans l’impossibilité d’obtenir un financement bien que son « idée » soit bonne.

C’est là, à mon sens, que la double vision de mon métier, le conseil technique et le coaching humain, prend tout son sens.

Amener le porteur de projet à se poser les bonnes questions, le structurer dans ses démarches, lui permettre d’acquérir les bonnes méthodes, mais aussi qu’il vive pleinement cette aventure humaine et y trouve un épanouissement personnel.

Pour les dirigeants de TPE et PME, l’approche est un peu différente mais leurs difficultés sont souvent du même ordre que les créateurs.

Elles résultent là aussi d’un manque de technique, que cela soit en matière de pilotage, d’organisation, de management ou de gestion mais c’est souvent le fait d’être « la tête dans le guidon » qui accentue le risque d’échec. Là encore, un accompagnement technique et humain va leur permettre de prendre le recul nécessaire pour reprendre la main lorsque c’est encore possible.

Est-ce qu’ils acceptent facilement d’être aidés et de se remettre en question lorsque c’est nécessaire ?

Non, ce n’est pas facile de se remettre en question. Mais il me semble que c’est le cas pour tout le monde. Le changement est très difficile pour l’être humain.

Mais faire appel à un conseil extérieur, c’est déjà 70% du chemin parcouru. Après, les méthodes et outils du coaching vont permettre d’annihiler les résistances et blocages et vont libérer l’action nécessaire à la remise en question et au succès.

Pourriez-vous nous donner quelques exemples de problèmes que vous avez contribué à résoudre ?

Je vais prendre l’exemple de deux missions :

- Pour un créateur d’entreprise qui s’installait en tant que coach personnel en région parisienne.

Il a créé son autoentreprise il y a un an. Lorsqu’il a fait appel à moi, son activité stagnait avec seulement quelques clients. Nous avons donc repris depuis le début : Nous avons fait un business plan qui lui a permis de préciser son projet, ce qu’il voulait en faire et comment il voulait et pouvait exercer son métier. Puis, nous avons identifié les besoins nécessaires pour développer l’activité. Nous avons mis en place un plan d’action marketing et commercial. Enfin, nous avons fait plusieurs scénarios budgétaires pour l’année à venir.

Aujourd’hui, son activité a clairement démarré et il a multiplié par 4 son chiffre d’affaires en 4 mois.

- Pour une dirigeante d’une menuiserie en Bretagne.

La gérante a fait appel à moi car elle avait des difficultés de trésorerie. Nous avons fait un audit des modes de fonctionnement et avons mis en place des actions : réduction des coûts de structure, réduction des délais de règlements clients (actions de recouvrement), repositionnement de l’activité (changement de cible), recherche de partenaires financiers.

Aujourd’hui, la trésorerie s’améliore de mois en mois et elle est sur le point de s’associer avec deux investisseurs ayant un vrai projet de reprise à moyen terme de l’entreprise, comme souhaité par la gérante.

Pour ces deux missions, allier le conseil technique au coaching a permis, à mon avis, d’accélérer le processus de résolution de problème.

Quels conseils pourriez-vous donner aux dirigeants qui se sentent parfois seuls et désemparés lorsque leur entreprise traverse une situation financière difficile ?

Le premier des conseils que je pourrai donner est de ne pas rester seul avec ses difficultés. Il faut pouvoir en parler à son entourage, à ses partenaires (avec une certaine retenue)….et ne pas hésiter à s’entourer d’un conseil. La vision extérieure de ces derniers va souvent permettre de trouver des solutions que le chef d’entreprise, pris dans le système, ne verra pas.

Avoir une ligne directrice, structurer ses actions, poser les choses et prendre du recul facilitera aussi l’émergence des options disponibles pour traverser cette période.

Merci Jean-Marie !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement