Une entreprise en franchise est une entreprise “presque” comme les autres ! Il est donc fréquent de trouver des offres de cession de la part de dirigeants qui souhaitent par exemple préparer leur départ à la retraite.

Pour les repreneurs, ce type de business présente un double intérêt puisqu’il permet :

D’un point de vue pratique, la reprise d’une entreprise en franchise présente toutefois quelques différences avec la reprise “classique”.  Il y a en effet 3 parties dans cette opération : le franchisé (= le vendeur), le repreneur (=vous) et le franchiseur (= le réseau de franchises).

Pour vous aider à y voir plus clair, voici les principales étapes qui caractérisent la reprise d’une entreprise en franchise :

Les grandes étapes de la reprise d’entreprise en franchise

Avant la reprise

A ce stade, tout va se passer comme avec une reprise “classique”.

Faire un bilan personnel

Qu’il s’agisse d’une création ou d’une reprise, le principe est le même : avant de vous lancer dans l’entrepreneuriat, vous devez faire le point sur votre situation et sur votre motivation pour mettre toutes les chances de votre côté.

Il y a plusieurs éléments à prendre en compte :

  • La réalité de l’entrepreneuriat : vous allez changer radicalement de vie (moins de vacances/de loisirs au début, davantage d’heures travaillées, prise de risque financière…). Êtes-vous prêt(e) à assumer ce nouveau mode de vie ? Et votre famille ? Vos proches vont-ils vous soutenir ?
  • Quels sont vos points forts et vos points faibles à titre personnel (caractère, compétences, connaissances…) ?
  • Le projet : quel secteur d’activité vous correspondrait davantage (commerce de proximité, services à la personne…) ? quelle est votre capacité financière ? quel type d’entreprise aimeriez-vous reprendre ?

Trouver LA bonne entreprise à reprendre

Il ne faut pas se mentir : cette étape va vous prendre du temps.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, multipliez les sources d’information : CCI ou CMA (en fonction de votre projet), salons spécialisés (les franchiseurs présents à Franchise Expo Paris pourront par exemple vous indiquer s’il y a des affaires à reprendre dans leur réseau), bouche-à-oreille, presse…

Faites ensuite un diagnostic rapide (mais pas trop !) des entreprises que vous avez pré-sélectionnées. Il ne faut pas y aller “au feeling” mais au contraire s’appuyer sur des données objectives : quelle est la qualité du réseau de franchise ? quelles premières informations donnent les 3 derniers bilans de l’entreprise ? l’emplacement de l’établissement est-il pertinent ? l’état des locaux est-il satisfaisant (ne sous-estimez pas le coût des travaux, notamment si vous devez assumer la mise en conformité aux nouvelles normes d’accessibilité) ? quel est le prix de vente ? etc.

A partir de là, il ne vous reste plus qu’à rencontrer le franchiseur pour vous assurer qu’il ne s’opposera pas, par la suite, à votre candidature.

Bien gérer la reprise si vous décelez une opportunité

Si vous avez trouvé une réelle opportunité et que le franchiseur approuve votre candidature, vous pouvez passer à l’étape suivante :

Auditer l’entreprise du franchisé

Il est vivement recommandé de vous faire accompagner par des experts (expert-comptable, avocat…) à ce stade car vous allez devoir réaliser une analyse approfondie des bilans, du contrat de franchise, du contrat de bail… Vous serez aussi beaucoup plus à l’aise pour négocier avec le franchisé (notamment concernant le prix de cession) ET avec le franchiseur. Beaucoup de repreneurs ignorent en effet que le franchiseur peut modifier le contrat de franchise (exclusivité territoriale, royalties à verser, etc.) à l’occasion d’une cession.

N’oubliez pas non plus que le franchiseur ou le franchisé ne vont pas attirer votre attention sur les points négatifs des contrats ou les faiblesses de l’entreprise ! Dans ce contexte, l’expérience et le regard objectif d’un professionnel apporte une réelle plus-value. 

Trouver le financement

On n’élabore pas le business plan que pour le banquier, on le fait avant tout pour soi. C’est d’abord le fruit d’une réflexion sur l’entreprise, sa situation actuelle et son devenir puis une ligne directrice qu’on va suivre au cours des premières années de la reprise. / Martin Schnapper, fondateur de Fidaquitaine (voir son interview)

Pour trouver des aides/des subventions, obtenir un prêt bancaire… assurez-vous d’avoir un dossier solide ! Si vous sollicitez une banque, n’oubliez pas non plus qu’il vous faudra faire un apport personnel conséquent (au moins 30% des besoins en financement de votre projet).

Là encore, un expert pourra vous accompagner et vous suggérer des solutions que vous ne connaissez probablement pas. Par exemple, en matière de reprise d’entreprise, insérer une clause d’ “earn-out” dans le contrat de cession peut être intéressant car, dans ce cas, le prix est fractionné en deux paiements. Le premier versement est effectué le jour de la cession et le second est payé plus tard (délai de 1 à 3 ans en moyenne) en fonction des performances de l’entreprise. Il faut cependant savoir qu’avec le Earn-out, le cédant reste dans l’entreprise tant que le second paiement n’a pas été versé. Cette clause ne l’intéressera donc pas s’il veut vraiment passer à autre chose.

Bon à savoir :  reprendre une entreprise en franchise ne vous permet pas d’éviter les droits d’entrée à payer au franchiseur. Il vous faudra donc les rajouter à vos besoins en financement.

Finaliser la reprise

A cette étape, la reprise d’entreprise en franchise présente deux particularités :

  • il y a deux contrats à signer : le contrat de vente de l’entreprise du franchisé ainsi que le contrat de franchise avec le franchiseur,
  • après la signature, il y a généralement une formation à suivre auprès du franchiseur : comme vous reprenez une entreprise en franchise, vous devez apprendre le fonctionnement du réseau.

Pour en savoir plus sur la reprise d’entreprise en franchise

Plusieurs conférences du salon Franchise Expo Paris (du 25 au 28 mars 2018) peuvent vous aider à préparer votre projet de reprise d’entreprise en franchise : avoir un bail commercial en conformité avec les règles du commerce, quel emplacement choisir en fonction de votre activité et à quel prix, l’obligation d’accompagnement du franchiseur, comment se lancer avec moins de 50 000 euros d’apport personnel, trouver le meilleur financement…

Pour en savoir plus, c’est par ici : Franchise Expo Paris

Cliquez ici pour obtenir votre badge gratuitement et participer au salon !

Et vous, qu’en pensez-vous ? 

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement