Réaliser un business plan est loin d’être une perte de temps puisqu’il s’agit d’un document qui peut vous faire gagner beaucoup d’argent.

D’abord, il va vous éviter de faire des erreurs qui peuvent vous coûter très cher.  Une méconnaissance du marché, une mauvaise définition de votre cible ou de votre stratégie de communication va réduire à néant vos efforts (financiers ou non). Redresser la barre va alors être très difficile et certaines entreprises ne s’en relèvent pas.

Ensuite, votre business plan peut vous permettre d’augmenter votre trésorerie :

  • grâce au soutien d’investisseurs (banques, business angels, …) qui auront été convaincu par la crédibilité de votre projet
  • grâce à l’argent et aux autres cadeaux que vous pouvez obtenir en remportant certains concours réservés aux créateurs d’entreprise

Vous en doutez ? Alors lisez attentivement l’interview de Sandie Giacobi, la co-fondatrice de My Marketing Manager (www.my-marketing-manager.com), une agence de services marketing externalisés  et de formation marketing spécialisée dans l’accompagnement des créateurs d’entreprise, de TPE et de PME.  Son business plan lui a permis de gagner 20 000 € !

Cette interview est réalisée à l’occasion des 3 Jours du Business Plan du 4 au 6 novembre 2014 sur Gautier-Girard.com.

Sandie Giacobi, co-fondatrice de My Marketing Manager

Avez-vous réalisé un business plan avant de créer votre entreprise ? Si oui, l’avez-vous fait en solo ou avez-vous bénéficié d’un accompagnement ?

Absolument, nous avons fait un business plan avant de lancer My Marketing Manager. Ça nous paraissait indispensable pour clarifier ce que nous voulions faire et surtout, vérifier si l’idée était viable !

Pour la partie marketing et étude de marché, nous l’avons faite sans aide car c’est notre domaine (nous avons un Master en Marketing, Études de Marché et Commercialisation).

En revanche, pour la partie financière, nous avons choisi de nous faire accompagner car ce n’était clairement pas notre point fort ! Notre business plan a d’ailleurs séduit par l’idée mais aussi parce qu’il était professionnel et cela a certainement contribué à notre victoire au concours de création d’entreprise.

Qu’est ce qui vous a semblé le plus difficile dans cet exercice qui rebute souvent les créateurs d’entreprise ?

Cela peut paraître surprenant mais la partie la plus sensible est probablement le choix de sa cible (un mot un peu barbare pour désigner le profil de personnes auquel on veut s’adresser) et la création de l’offre commerciale.

Je me souviens que nous avions passé beaucoup de temps sur cette étape. Il y a beaucoup de choses qui entrent en compte : apporter un service à valeur ajoutée, utile et bien positionné. Différenciateur tout en devant être compris de nos clients potentiels. Et bien entendu, il fallait aussi que cela soit rentable.

Le choix du business model est vraiment une étape-clé.

 Selon vous, quels sont les principaux pièges à éviter ?

Il y en a beaucoup en fait… Nous avons d’ailleurs consacré un article entier à ce sujet sur notre blog !

Un piège très commun est de ne pas définir sa cible, de vouloir vendre « à tout le monde ». C’est vraiment un « travers » que nous rencontrons souvent chez les créateurs d’entreprise que nous accompagnons.

Ensuite, il ne faut pas penser trop petit… Il en important d’envisager et de planifier la croissance. Une croissance mal maîtrisée est une cause d’échec très fréquente.

Enfin, on peut avoir un marketing pointu mais si on néglige les objectifs de rentabilité avec notamment un business model et des prévisions de trésorerie mal pensés, l’échec sera inévitablement au rendez-vous.

Fort heureusement, ces pièges peuvent facilement être déjoués !

Avec le recul, estimez-vous que cet exercice vous a été utile ? Qu’est-ce qu’il vous a apporté ?

Oh oui et même 100 fois oui !

En premier lieu, cela nous a permis de gagner un concours d’entreprise, soit 20 000€ pour démarrer la société. Et en début d’activité, c’est une somme vraiment très appréciable (par la suite aussi d’ailleurs !)

Ensuite, faire notre business plan nous a permis de savoir où nous voulions exactement aller et où concentrer nos efforts. Cela évite de se disperser. Par exemple, nous savions dès le départ que nous lancerions notre activité de formation en N+3. C’était prévu ! Bien entendu, le développement de notre société n’a pas strictement suivi le business plan, c’est impossible. La réalité oblige à s’adapter.

Mais au final, le business plan donne une direction et un itinéraire. Il est possible par la suite d’emprunter des itinéraires bis si besoin !

Quels conseils pourriez-vous donner aux créateurs qui se préparent à réaliser leur business plan ?

Je conseillerais de ne pas faire l’impasse sur cette étape.

Créer une entreprise, même si ce n’est pas la première, c’est un facteur d’excitation et de stress. C’est un risque. Et ce risque, on veut le limiter pour augmenter ses chances. Ce qui peut sembler intuitif n’est pas forcément la bonne voie à suivre !

Par ailleurs, lorsque l’on créé sa société, il est nécessaire d’avoir du soutien d’organismes tiers : banques, partenaires, investisseurs, etc. Pour cela, il faut convaincre. Je compare souvent cela au promoteur immobilier qui doit vendre ses appartements avant de construire l’immeuble. On dit d’ailleurs qu’il vend « sur plan »… Pour le créateur d’entreprise, c’est la même chose. Et pour cela, il ne faut pas hésiter à se faire accompagner.

Merci Sandie !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement