Le dynamisme de la franchise alimentaire vient en grande partie de ses spécificités. Quels sont ainsi les avantages et inconvénients de rejoindre une enseigne dans l’alimentaire ?

Création d’une franchise alimentaire : les avantages et les inconvénients

Ce qui en fait un type de franchise attrayante

- Une offre diversifiée au pays de la gastronomie

Ouvrir une franchise alimentaire en France est un bon atout pour réussir. Pays de la gastronomie, du bien vivre, on y trouve de tout dans le domaine de l’alimentation, offrant un très large choix, pour tous les goûts et tous les budgets, en tant que client mais aussi en tant que futur franchisé.

- Un secteur dynamique et en pleine croissance

En effet, le secteur de la franchise alimentaire est en pleine croissance : il représentait 144 réseaux en 2012 soit 12 062 franchisés…

De la Boulangerie-pâtisserie-chocolaterie-glacier, au bio alimentaire, en passant par les supérettes et supermarchés, mais aussi la restauration hors domicile par exemple : le choix est vaste !

- Des concepts innovants

Les nouveaux types de franchise alimentaire tendent à la spécialisation. Ils se positionnent souvent sur des concepts innovants :

  • soit en termes de typologie d’emplacement -en périphérie des villes ou les kiosques, par exemple
  • soit en termes de complémentarité des produits - par exemple les cavistes qui proposent désormais des caves à fromage.

- Une bonne rentabilité

Selon une étude effectuée en 2010, la rentabilité d’une franchise dans l’alimentaire se situe entre 1,9% et 7,76%, selon l’enseigne. Et ce qu’il faut savoir, c’est que les rentabilités plus faibles sont généralement compensées par des volumes de ventes très élevés.

Ce qui fait des franchises alimentaires des business lucratifs, de manière générale, si elles sont bien gérées.

Des exigences et des contraintes

Intégrer un réseau de franchise alimentaire signifie respecter des contraintes, le plus souvent exigées par le franchiseur.

Outre celles qui sont communes avec les autres types de franchise, il faudra ajouter les suivantes :

- Le respect des réglementations et des normes

En général, cela concerne l’hygiène et la qualité, et c’est la loi. Mais le franchiseur peut aussi imposer des normes parfois plus drastiques.

- Des mises de fond élevées

La force de la franchise alimentaire vient en effet de sa capacité à capter le client, à générer du trafic, donc à se localiser sur des emplacements numéro 1, qui ont un coût forcément élevé que ce soit à la location ou à l’achat

- Des compétences managériales

Entreprendre en franchise alimentaire demande de réelles capacités managériales, ce dont les futurs franchisés ne sont pas toujours conscients. Le manager doit s’adapter au profil des salariés, les motiver et reconnaitre leurs compétences alors même que les horaires et conditions de travail sont souvent difficiles.

- Un fort investissement personnel

En dehors de l’aspect financier, le futur franchisé doit avoir en tête qu’il devra beaucoup donner de lui-même, de son temps, si il s’engage dans l’alimentaire. En effet, les horaires d’ouverture sont généralement longs, les tâches à effectuer sont multiples, et le contact client permanent. Des sollicitations multiples, ajoutées à la charge du chef d’entreprise qui doivent absolument être envisagées sérieusement, par le futur dirigeant mais aussi par sa famille.

Et vous, envisagez-vous de devenir franchisé dans le secteur alimentaire ? Qu’est-ce qui vous attire dans ce domaine ou, à l’inverse, qu’est-ce qui vous freine ?

Franchise alimentaire : elsa beaufort Article rédigé par Elsa Beaufort, directrice du contenu du site Franchise Alimentaire (www.franchisealimentaire.com).

Ce site est est dédié aux futurs franchisés qui recherchent de l’information (conseils, outils, dossiers et astuces) pour construire leur projet dans la franchise alimentaire.

Crédit photo : merci à Robert Linthicum 
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement