Le régime de l’auto-entreprise est idéal pour tester la viabilité de votre projet, générer un revenu complémentaire grâce à une activité secondaire, ou même créer votre propre emploi.

Mais il ne convient pas à toutes les activités.

A l’occasion de la semaine Créer son Auto-entreprise en 2014 sur Gautier-Girard.com du 25 février au 04 mars 2014, découvrez les “bonnes feuilles” du Guide de l’Auto-entreprise 2014 qui sera téléchargeable gratuitement à partir du 04 mars !

L’auto-entreprise est-elle intéressante pour votre activité ?

Certaines activités sont exclues de l’auto-entreprise. C’est notamment le cas des professions réglementées, des activités agricoles, des activités artistiques (lorsque vous êtes artiste-auteur)….

Mais, même si vous pouvez créer votre activité en auto-entreprise, ce n’est pas toujours une solution avantageuse.

Le régime de l’auto-entreprise présente deux caractéristiques essentielles :

  • vous ne payez vos cotisations sociales (et votre impôt sur le revenu si vous avez opté pour le prélèvement libératoire) que si vous avez réalisé du chiffre d’affaires
  • les cotisations sociales dues (et l’IR le cas échéant) sont calculées en fonction de votre chiffre d’affaires et non de vos bénéfices

Concrètement, cela signifie que vous ne pouvez pas déduire vos charges et que le paiement de vos cotisations est du même si votre activité n’est pas rentable.

Vous pouvez même avoir à payer alors que vous êtes déficitaire et que vous avez perdu de l’argent !

Prenons un exemple (les montants sont volontairement fantaisistes, ils sont simplement là pour vous faire comprendre le fonctionnement de l’auto-entreprise).

Imaginons que vous ayez créé un e-commerce et que vous ayez acheté du stock. Vous avez ensuite souscrit une assurance professionnelle pour vous couvrir en cas de problèmes.

Au total, vous avez dépensé : 500 € de stock + 300 € dans des opérations de communication + 150 € pour RC pro annuelle + 100 €  de frais d’expédition des colis = 1050 €
Mais vous n’avez vendu que 650 € de marchandises.
Théoriquement, vous êtes donc déficitaire de 400 euros.

Or, en auto-entreprise, vous allez devoir déclarer vos 650 € de ventes puisqu’ils constituent votre chiffre d’affaires.
Donc non seulement vous avez perdu 400 euros, mais en plus vous allez devoir payer 92,3 € de cotisations sociales (taux de 14,1% pour les activités commerciales + 0,1 % de contribution à la formation professionnelle) + 1% d’IR si vous avez opté pour le prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu.

En conséquence, le statut d’auto-entrepreneur est déconseillé si vous avez des charges élevées dans votre activité (stock important, sous-traitance ou recrutement envisagé, loyer commercial, etc…….).

Bon à savoir : Théoriquement, vous avez le droit d’embaucher, de faire appel à des intérimaires ou de sous-traiter comme n’importe quelle entreprise. En pratique, dans la mesure où vous ne pouvez pas déduire vos charges, cela reste vivement déconseillé.

Crédit photo : merci à kool_skatkat 
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement