Est-il plus simple de créer ou de développer une entreprise en famille ? Plus de la moitié des entreprises dans l’Union Européennes sont familiales. Aux États-Unis, leur part dans le tissu économique oscille entre 65 et 90 %.

Mais attention à ne pas foncer tête baissée en espérant que tout soit facile parce que vous êtes entouré de proches. Si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, il y a aussi des règles à respecter.

Voici 5 conseils pour vous aider à démarrer sur de bonnes bases :

Ce dossier est réalisé à l’occasion de la semaine de la Création d’Entreprise du 3 au 10 février 2015 sur Gautier-Girard.com.

Entreprendre en famille : 5 conseils pour réussir

1) Déterminer les pouvoirs et les attributions de chaque membre de la famille

Il est très important de savoir dès le départ qui va faire quoi et comment les pouvoirs vont être répartis entre tous les membres de la famille.

Vous devez valoriser les compétences de chacun mais aussi prendre en compte des éléments plus “psychologiques” (qualités/défauts, raisons qui poussent à s’associer, degré d’implication souhaité dans l’entreprise….).

Si vous vous lancez à deux, il est déconseillé d’être associés à parts égales (50 /50) car en cas de désaccord, il faut que l’un de vous puisse trancher et décider afin de faciliter le développement de l’entreprise.Dans tous les cas, assurez-vous aussi d’avoir la même vision de l’entreprise. Cela sera très important par la suite.

La règle d’or est la transparence. Il ne faut pas qu’il y ait de non-dits !

 2) Détailler au maximum le fonctionnement de l’entreprise pour anticiper les conflits

Conflits dans l’entreprise familiale : comment les éviter

De la cession des parts au divorce en passant par le décès ou par les conditions à remplir pour pouvoir travailler dans l’entreprise, vous devez prévoir à l’avance les conflits qui peuvent survenir.Prenons un exemple. Si votre frère ou votre sœur se révèle finalement totalement incapable de mener la mission qui lui est confiée, comment allez-vous procéder ? Le conjoint peut-il donner son avis ou intervenir dans l’entreprise ? Si oui, en fonction de quels critères ?

Pour diminuer les risques de désaccords et de tensions, il faut clarifier les choses au maximum. Tout le monde doit pouvoir s’appuyer sur des règles validées et acceptées par chacun.

 3) Distinguer la vie privée et la vie professionnelle

Il est important que la sphère privée ne s’invite pas dans la sphère professionnelle et inversement.  Comme indiqué plus haut, il ne faut pas hésiter à aborder cette question là dès le départ pour éviter que les mauvaises habitudes ne s’installent.

N’oubliez pas que s’il n’y a pas de moments “hors entreprise”, les réunions familiales risquent de devenir une véritable corvée…Dans l’entreprise, c’est la même chose : il faut laisser la vie privée de côté.

 4) Se réunir de façon informelle pour aborder tous les sujets

Dans une entreprise familiale, tous les sujets doivent être abordés. Il ne faut pas attendre d’avoir des réunions “officielles” (comme les conseils d’administrations) pour soulever certains problèmes ou discuter de projets à venir.  C’est très important de pouvoir tout se dire afin que la situation ne s’envenime pas et qu’il n’y ait pas de désaccords ou de rancœurs tenaces.

Le dialogue est d’ailleurs une des grandes forces des entreprises familiales puisqu’il permet de construire une relation de confiance.

 5) Se ménager des moments sans sa famille !

Entreprendre en famille : concilier vie privée et vie professionnelle

 Faites du sport, allez vous promener, participez à des activités culturelles ou inscrivez-vous dans une association…. Peu importe l’activité que vous choisissez : ce qui compte, c’est que vous ayez des moments bien à vous, sans votre famille.  Autrement, la situation peut vite devenir étouffante, surtout si vous habitez à proximité de ceux que vous côtoyez tous les jours.

Et vous, avez-vous créé votre entreprise en famille ou envisagez-vous de le faire ?

Crédit photo : Shutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement