La couveuse  d’entreprise fait partie des dispositifs d’accompagnement des entrepreneurs en phase de démarrage.

Cette structure offre aux créateurs un cadre protégé et un soutien actif pour se lancer tout en limitant les risques liés au lancement de leur projet. Démarrer en couveuse présente indéniablement des avantages, mais aussi quelques contraintes et des limites, comme en témoignent des entrepreneurs sur le forum.

Globalement satisfait

Eric a été le premier webentrepreneur “coaché” par sa couveuse d’entreprise. Il admet qu’il a du essuyer les platres: ” J’ai surmonté avec eux pas mal de difficultés liés à l’utilisation d’un numéro de TVA partagé: mise en place un paiement sécurisé en ligne, d’un compte paypal, d’un compte colissimo.” Pour lui, les avantages de ce système sont malgré tout nombreux: possibilité de développer une activité en continuant de percevoir des assedic, bénéficier des avantages des abattements de charges puisque l’activité sera déjà opérationnelle dès la création de l’entité juridique, intégrer un réseau social qui permet d’éviter la solitude de l’entrepreneur…

Et financièrement?

A première vue, le concept est avantageux: en tant qu’association Loi 1901, la plupart des  couveuses ne sont pas à but lucratif et ne prélèvent un pourcentage que pour couvrir les frais de comptabilité et de fonctionnement (entre 5 et 10% selon les structures). Cela peut même se limiter à une simple cotisation de 50 euros par an, pour une prestation très sommaire. Mais certaines auraient un fonctionnement différent. Ainsi Samuel hésite à intégrer une couveuse, car celle qu’il a choisi a la particularité de retenir 90% du chiffre d’affaire sur un compte bloqué jusqu’à la sortie du  dispositif…  il admet quand même que cela peut s’avérer “intéressant d’avoir de l’argent de coté si on reçoit les assedic”. D’autres couveuses peuvent au choix bloquer les sommes perçues en CA, ou les laisser à disposition de l’entrepreneur.

Même si les couveuses présentent des avantages, certaines activités peuvent s’avérer difficile à gérer dans ce cadre spécifique, d’autant plus que les règles diffèrent d’un organisme à l’autre. Comme le note Nathalie: “il est nécessaire de bien se renseigner sur la structure que l’on désire intégrer, de plus un bon feeling s’impose“. Et si par certains aspects, la couveuse ressemble quelque peu à du portage salarial, le but en est tout de même différent; Jacqueline résume: “c’est un accompagnement le temps de tester son activité. Le but de la Couveuse, c’est de vous garder le moins longtemps possible et de vous aider à vous lancer.”

Plus d’infos et discussions  sur les couveuses: Cliquez ici

Et vous, avez vous testé ? Qu’en pensez vous ?

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement