Comment trouver la bonne idée qui vous permettra de créer votre entreprise et de réaliser des bénéfices ? Quelles sont les erreurs à éviter pour ne pas se planter et s’apercevoir, trop tard, que votre concept n’était pas pérenne ?

A l’occasion du lancement de la Boutique des Entrepreneurs, Philippe Grandfond vous donne ses conseils pour réussir à trouver la bonne idée d’entreprise.  Son agence Mediadim aide les porteurs de projets en intervenant sur la phase préparatoire (avant-projet) de la création d’entreprise.

 

Trouver une idée d’entreprise

 

Quels conseils pourriez-vous donner à tous ceux qui souhaitent entreprendre mais qui sont à la recherche de la bonne idée pour se lancer ?

D’abord, il s’agit de préciser les contours de la notion de ce que pourrait être “la bonne idée”. Une bonne idée, c’est d’abord un idéal : de bonnes idées, il en existe de très nombreuses. Une seule suffit, mais encore faut-il qu’elle vous corresponde.

En fait, il s’agit de trouver une idée à la fois rentable et que l’on peut appréhender soi-même, aidé ou non.

Je prends simplement l’exemple (à ne pas suivre) d’une ancienne collègue qui, cherchant à se créer une activité pouvant être gérée depuis sa cuisine, dans le but d’être disponible pour ses 4 enfants, s’était mise en tête de lancer le énième site inspiré de leboncoin.fr à visée internationale : sans véritable moyen financier, elle aurait dû quitter sa cuisine assez souvent pour tenter de convaincre des investisseurs souvent confrontés à des projets similaires. Je ne juge pas l’idée, mais sa situation personnelle n’était pas véritablement adaptée au temps disponible à consacrer pour mettre en oeuvre un projet très ambitieux. Finalement, le hasard l’a menée vers la conception d’un projet plus accessible : un cinquième enfant. En attendant peut-être de réfléchir à un projet plus rentable et surtout plus simple.

Ceci dit, scinder un projet ambitieux en plusieurs petits projets peut être une bonne méthode pour démarrer doucement.

Mon premier conseil est donc que votre entreprise doit vous coller à la peau, c’est une ombre unique et non une ombrelle que n’importe qui d’autre que vous pourrait acquérir. Votre vision du monde vous rend différent des autres, votre entreprise c’est vous avec votre vision, votre parcours, vos forces et vos faiblesses. N’essayez pas de créer un autre Facebook, vous avez toutes les chances de vous planter.

J’ajouterais que, pour gagner sa vie, il n’est pas nécessaire de penser à un projet très ambitieux.  Le père d’un ami, retraité, gagne un bon complément de revenus avec la pratique du soutien scolaire en auto-entreprise et il n’a pas eu besoin d’investir.

Il faut bien identifier son objectif :

  • arrondir ses fins de mois ?
  • créer son emploi dans la prestation de service ?
  • ou lancer un vrai business avec une entreprise commerciale ou artisanale ?

C’est une première chose à voir.
On peut ensuite analyser les entreprises existantes. Je ne parle pas des succès du moment. Une entreprise qui gagne de l’argent, c’est bien, mais l’aspect financier n’est pas un facteur suffisant pour parler de succès lorsque la rentabilité existe uniquement à court terme. D’un autre côté, on ne peut pas non plus prendre une entreprise comme Facebook pour modèle qui gagne moins d’argent qu’elle n’en dépense, même si elle en gagne.

Les entreprises qui ont su montrer sur le long terme qu’elles sont rentables, qui montrent également leur utilité, voilà déjà un cadre qui peut constituer quelque chose de plus intéressant pour s’en inspirer.

Ainsi, le conseil que je donnerais c’est d’envisager sa future entreprise comme un projet de long terme, avant de réfléchir à une quelconque idée.

Je sais que beaucoup de demandeurs d’emploi sont dans une situation délicate qui les amène à vouloir créer leur entreprise et, par là même, leur emploi. C’est certes une situation intéressante, car elle permet de trouver du temps à se consacrer à son projet et d’accéder à des aides diverses spécifiques. Néanmoins, c’est aussi le pire des moments pour réussir à se projeter sur le long terme, car il faut être dans un état d’esprit serein, ce qui n’est généralement pas le cas, et non vouloir créer une entreprise à la va-vite.

Certains salariés licenciés connaissent parfois une belle euphorie, positivant leur licenciement, en se disant que c’est finalement une bonne opportunité de passer à une nouvelle activité, salariée ou indépendante, plus gratifiante, plus motivante, mais généralement, cet état psychologique ne dure pas face à la réalité économique. Surtout, passer à autre chose, qui plus est, créer une entreprise, c’est une démarche complexe qui nécessite du temps et un état d’esprit spécifique.

Donc, je préciserais à ceux qui ne sont pas demandeurs d’emploi, de profiter de leur situation (retraite, études, salariat, congé de maternité) pour réfléchir à un vrai projet de long terme.

Pour les demandeurs d’emploi, si vous n’avez pas assez de temps devant vous, il peut être intéressant d’envisager le retour à l’emploi, même faiblement payé ou inintéressant, mais dans ce cas en contrat à durée déterminée, pour vous donner le temps de rebondir plus aisément. C’est encore une fois cette idée de pouvoir réfléchir à son projet dans une situation plus sereine. Il ne faut pas en profiter pour laisser de côté son projet d’entreprise, bien au contraire, et entre les soirées etles weekends, c’est un temps non négligeable qui peut s’avérer suffisant.

Avoir une expérience salariale minimale en entreprise permet déjà de mieux comprendre certains enjeux, c’est sûr que c’est plus compliqué pour quelqu’un qui n’a jamais travaillé dans une entreprise. Donc si vous êtes dans cette situation, allez travailler dans une entreprise d’abord et fouinez dans tous les services.

A ce niveau, nous n’en sommes pas encore au stade de l’idée, mais c’est un cadre à dessiner qui me semble primordial avant d’entrer dans le concret pour augmenter ses chances de réussite. Vous aurez beau détenir l’idée du siècle, elle ne fera pas seule le succès de votre entreprise.

Ne pas oublier également que non seulement il faut du temps pour travailler sur le concept, mais ajoutez ensuite la période menant concrètement à la création de l’entreprise, surtout si l’on tente d’avoir des aides, et même une fois l’entreprise créée, la rentabilité peut se faire encore attendre.

Avant tout, vous pouvez devenir un observateur de votre quotidien : identifier ce qui manque autour de vous, voire les fonctionnalités ou les services qui manquent sur de l’existant. C’est un conseil banal, mais c’est ainsi que l’on peut trouver nos premières idées. Ce qu’il faut c’est que cela devienne une mécanique.

Il faut également savoir se mettre à la place d’autrui pour ne pas se limiter à des problèmes qui ne regardent que nous. Un exemple très simple : vous êtes dans l’informatique, mais vous ne vous êtes pas mis à niveau des demandes actuelles, néanmoins, vous n’avez jamais de difficultés pour nettoyer votre propre ordinateur des nombreux virus/malwares qui peuvent s’y aventurer, d’ailleurs, la plupart du temps, vous savez quoi installer pour éviter leurs intrusions, et bien, ce n’est absolument pas le cas de la majorité des particuliers (et même de nombreuses entreprises), soit autant de clients que vous pourriez secourir à travers un business auquel vous n’auriez pas pensé en vous penchant uniquement sur vos propres problèmes. Ecoutez les autres parler des leurs.

Trouver des idées, c’est donc plus facile que l’on pourrait le croire. La bonne idée, c’est une autre paire de manche. Elle implique d’en avoir envisagées plusieurs, de s’être remis en question plus d’une fois, d’avoir su les peaufiner de manière à les penser comme de vrais projets d’entreprise, si possible avec une stratégie d’entreprise permettant de penser court, moyen et long termes.

Enfin, n’ayez pas peur de parler de vos idées. Une idée, ce n’est pas un projet élaboré, c’est juste une idée. Comme dit précédemment, c’est votre vision personnelle qui fera la différence. C’est un bon moyen pour avoir du recul, ce qui vous permettra parfois de faire ressortir une idée plutôt qu’uneautre, de faire le tri.

Cependant, ce n’est pas toujours ainsi que vous trouverez votre idée. En plus d’être pragmatique,stratège et curieux de tout, un accompagnement peut devenir nécessaire, le but essentiel étant  à la fois de limiter les erreurs et de gagner du temps. Et pas uniquement lorsqu’on s’attaque à un domaine que l’on ne connait pas : une entreprise c’est un ensemble de domaines qui constituent, en plus de l’activité, autant d’inconnues à gérer pour augmenter ses chances de réussite. La bonne idée, c’est avant tout un point de départ, une graine qu’il faut faire germer, encore faut-il savoir quand, comment et avec quoi l’arroser.

 Contacter Mediadim

Mediadim fait partie des prestataires sélectionnés pour figurer dans la Boutique des Entrepreneurs !

Consultez sa fiche détaillée  et profitez d’une offre exclusive réservée aux lecteurs de Gautier-Girard.com : Mediadim dans la Boutique des Entrepreneurs

Crédit photo : merci à Mr Sandman

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement