Avec 6000 dispositifs de financements publics destinés à favoriser la création et l’expansion des entreprises, la France pourrait ressembler à l’eldorado des entrepreneurs. En pratique, il n’est pourtant pas facile pour les entrepreneurs d’accéder aux bonnes informations et de parvenir à obtenir ces aides précieuses.

Voici quelques conseils pour réussir à financer votre projet d’entreprise et pour trouver les fonds nécessaires à son développement.

Le financement des entreprises

 1 - Construire son projet

Si vous voulez obtenir une aide financière, il va falloir vous retrousser les manches pour présenter un dossier suffisamment solide pour être sélectionné. N’oubliez pas que vous n’êtes pas tout seul ! Ce sont les meilleurs projets qui sont sélectionnés, ou du moins ceux qui respectent le formalisme exigé par les organismes susceptibles de vous aider.

Vous devez :

  • présenter votre entreprise (ou votre projet d’entreprise)
  • justifier le montant demandé et l’utilisation que vous comptez faire des fonds qui peuvent vous être octroyés
  • indiquer comment vous pensez trouver les ressources pour rembourser (plan de trésorerie)
  • adresser un “courrier d’intention” (c’est l’équivalent d’une lettre de motivation) pour dater, détailler votre projet et votre demande d’aide si vous voulez obtenir un investissement de la part des collectivités territoriales

Plus votre dossier sera complet et crédible, plus il aura une chance d’être retenu !

2 - Sélectionner les programmes d’aides financières

Trouver des solutions pour financer l’entreprise

Prêts d’honneur, diminution des charges sociales, avances à rembourser,exonérations fiscale, subventions, concours….

Avant de déposer votre candidature, assurez-vous de choisir un programme d’aide adapté à vos besoins. Certains financement peuvent être réservés à certains profils d’entreprise (les entreprises innovantes par exemple) ou à une phase précise de son évolution (la création, le développement), tandis que d’autres sont destinés à un usage précis (achat de matériel, recrutement,…) . Sans oublier tous les dispositifs locaux !

Pour trouver le ou les dispositifs qui vous correspondent,  il est préférable :

  • De prendre un rendez-vous auprès d’un conseiller de la Chambre du Commerce et d’Industrie (CCI) ou de la Chambre des Métiers (CMA) pour obtenir des informations précises
  • De rechercher les dispositifs existants en fonction de vos critères dans les bases de données du Répertoire des Aides Publiques,  de l’Observatoire des aides aux entreprises élaboré par l’Institut supérieur des métiers, ou de Sémaphore (la base de donnée des CCI)

3 - Hiérarchiser les différentes demandes à effectuer en même temps

Il est recommandé de présenter plusieurs demandes en même temps pour :

  • gagner du temps
  • bénéficier d’un financement plus élevé dans la mesure où certaines aides peuvent être cumulées

Mais vous devez aussi organiser vos différentes demandes.

Par exemple, votre banquier sera plus enclin à vous accorder le prêt que vous demandé si vous avez remporté un concours, obtenu un accord de l’ADIE pour un financement ou convaincu des investisseurs de soutenir votre projet (voir ci-dessous l’interview de Camille Brodhag, le dirigeant de Fondelia).

4 - Garder une motivation à toute épreuve

Dans le dossier consacré au développement commercial de l’entreprise, Céline Charlemagne (dirigeante de Dynamic Business) indique :

Les refus auxquels les entrepreneurs doivent faire face en prospection ont du positif : ils constituent l’opportunité d’approfondir la connaissance de son marché et d’affiner son approche commerciale. Il est nécessaire de conserver les informations obtenues, de consigner les questions et objections posées pour optimiser son positionnement à venir afin d’optimiser son efficacité commerciale.

Vu sous un certain angle, c’est vrai aussi en ce qui concerne les demandes de financement : monter votre dossier pour obtenir une aide ou pour participer à un concours va vous permettre de vous poser les bonnes questions.

5 - Anticiper

N’attendez pas le dernier moment pour présenter une demande d’aide ! Le maître mot est l’anticipation car, en fonction des dispositifs, les délais peuvent être assez long et donc retarder d’autant la création ou le financement de votre entreprise.

Il faut aussi vous demander, avant même d’avoir des réponses positives ou négatives (qui mettent souvent du temps à arriver : parfois plusieurs mois !), comment vous allez poursuivre l’aventure si vous n’obtenez pas les financements demandés.  Allez-vous réduire vos ambitions et revoir votre projet à la baisse ? Trouver d’autres solutions (prêts familiaux) ? Il est important de prendre les devants et de rechercher la meilleure façon de rebondir.


FOCUS : Le micro capital investissement, une nouvelle solution de financement pour les TPE

Obtenir une aide financière : Camille Brodhag pour Fondelia Camille Brodhag est le directeur de Fondelia, une société d’investissement spécialisée dans les TPE. Après avoir travaillé dans le domaine du capital investissement puis dans celui des PME en difficulté, Camille a rejoint une équipe d’investisseurs professionnels pour créer et développer la société Fondelia.

Dans le cadre de la Semaine de la Création d’entreprise du 5 au 11 février sur Gautier-Girard.com, il nous explique le fonctionnement de son entreprise et nous donne ses conseils pour optimiser ses chances d’obtenir une aide financière.

Pourriez-vous nous présenter Fondelia en quelques mots ? Qu’est-ce qui vous distingue des autres solutions d’investissements ?

Fondelia est la première société de micro capital investissement. Nous investissons des montants de 10 000 à 30 000€ au capital de TPE en création, développement et en transmission.

Notre originalité tient dans le fait que nous intervenons dans un secteur d’activité, le capital investissement, généralement réservé aux grandes entreprises car nos confrères investissement majoritairement des montants unitaires de plusieurs millions d’euros ; face à cela nous avons créé Fondelia pour investir 100 fois 20 000€ au capital de 100 TPE plutôt que 2M€ dans une seule.

Si le crédit bancaire finance l’activité, les fonds propres que nous apportons aux sociétés leurs permettent de financer leur développement (hausse significative du carnet de commande, recrutement de commerciaux, création d’un show-room, etc.). Nous intervenons majoritairement concomitamment à la levée d’un financement bancaire (qui est conforté par notre apport) ce qui permet aux sociétés que nous finançons de bénéficier d’une enveloppe de financement globale de 40 000 à 100 000€ pour financer leurs projets.
Nous disposons aujourd’hui d’une enveloppe de financement de 5M€ pour financer 200 TPE françaises.

Fondelia, société de micro capital investissement

Vous proposez un apport de 10 000 à 30 000 euros sans caution personnelle. Quels sont les critères que vous prenez en compte pour sélectionner un projet ?

Les critères que nous prenons en compte sont principalement le potentiel de croissance de la société et l’adéquation homme/projet. Nous intervenons en tant qu’associé (ou actionnaire) minoritaire dans toute la France et dans tous les secteurs d’activité à l’exception des innovations de rupture (type start-up) et des projets immobiliers.

Nous ne souhaitons pas financer le google de demain mais bien des TPE françaises qui deviendront des petites PME demain car ce sont elles qui créent de la valeur en France.

Pour donner quelques exemples de sociétés financées, nous avons investi au capital :

  • d’une menuiserie
  • d’une société qui commercialise des abris de piscine et pergolas
  • d’une société de conseil aux entreprises
  • d’une société qui intervient dans la pèche et de la transformation d’écrevisses pour le monde de la restauration
  • d’un concepteur de jouets
  • d’un concepteur de valises de télémédecine, etc.

Toutes ces sociétés ont eu des problématiques de financement de leur croissance ou de leur création ; notre intervention a solutionné ces problématique et nous avons ainsi permis à ces sociétés de croitre.

Financer la création d’entreprise avec Fondelia

Cette solution est-elle réellement accessible à toutes les TPE, y compris aux créateurs d’entreprise ? Que se passe-t-il en cas de dépôt de bilan ?

Cette société est accessible aux TPE notamment aux créateurs lorsque la valorisation de la société nous permet de rester minoritaire.

En cas de dépôt de bilan, en tant qu’associé nous perdons purement et simplement le montant de notre investissement.

En revanche, dans le cas contraire, l’entrepreneur doit acheter les titres que nous détenons la cinquième année suivant notre investissement selon des conditions fixées au moment de notre investissement, en prenant en compte la croissance de la valorisation de la société, donc des actions ou parts sociales, que nous détenons.

 Malgré la crise, les TPE semblent mieux s’en sortir que les autres entreprises pour obtenir un financement bancaire (source). Quels conseils pouvez-vous donner aux entrepreneurs qui sont confrontés à des difficultés pour trouver un soutien financier lorsqu’ils veulent créer leur entreprise ? Comment améliorer un dossier pour améliorer sa crédibilité face à un banquier ou à un investisseur (ADIE, ….) ?

La crise a vu les financement possibles pour les entrepreneurs se réduire.

Par conséquent, ce sont les meilleures projets qui sont financés ; ainsi pour améliorer les dossiers il faut travailler sur la pertinence du marché et son appréhension par le chef d’entreprise ainsi que (et surtout) le business model, c’est-à-dire la façon dont l’entreprise est ou sera profitable.

Par ailleurs, certains chefs d’entreprises ne souhaitent pas ouvrir leur capital alors que cela peut les aider à faire croitre significativement leur société et également faire entrer leur entreprise dans un cercle vertueux du financement car le montant des fonds propres est une donnée fondamentale dans l’octroi d’un crédit bancaire.

Crédits photos : merci à MarcelGermain, à vistavision, à Fondelia

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement