Dans le prévisionnel de votre business plan, vous avez tout naturellement pensé à rajouter les coûts liés aux achats, aux frais de livraison ou de transport, aux assurances (automobile, local professionnel, RC pro ou multirisques, protection juridique….), à votre loyer, à votre consommation d’eau, d’électricité, aux salariés si vous recrutez….

Mais attention, la liste ne s’arrête pas là ! Trop souvent, les porteurs de projets oublient certaines charges qui vont pourtant avoir un véritable impact sur leur trésorerie.

Voici un petit récapitulatif des coûts (cachés) à ne surtout pas oublier dans votre business plan :

Ce dossier est réalisé à l’occasion des 3 Jours du Business Plan du 4 au 6 novembre 2014 sur Gautier-Girard.com.

Business plan : les coûts du prévisionnel

Les délais et les retard de paiement

Dans vos conditions de vente, vous avez pu prévoir de proposer un paiement en plusieurs fois. Cette solution peut être attractive pour vos clients, et donc contribuer à augmenter votre chiffre d’affaires. Mais cela va forcément avoir un coût pour vous, que vous devez donc prévoir pour éviter d’être confronté à des difficultés de trésorerie.

Vous pouvez devoir assumer les délais de paiement qui sont habituellement pratiqués dans votre secteur d’activité, surtout si vous travaillez en B2B. Il n’est pas rare de voir des petits entrepreneurs obligés d’assumer des conditions qui leur sont clairement défavorables parce qu’ils n’ont pas pris assez de précautions dans leurs CGV ou parce qu’ils ont été amenés à signer un contrat imposé par un grand groupe. Or, il ne faut pas oublier que le délai de règlement entre entreprises peut atteindre 45 jours fin de mois ou 60 jours à compter de la date d’émission de la facture.

Autre élément à prendre en compte : les retards ou les défauts de paiement.  En fonction de votre activité et de votre cible, les retards de paiement peuvent être parfois très longs. Par exemple, il faut savoir que seulement 9,6 % des grandes entreprises françaises respectent les délais de paiement (voir ici).

Vous allez aussi devoir perdre du temps et de l’argent pour tenter de recouvrer votre créance (voir à ce sujet : Comment récupérer un impayé ?). Et parfois, vous n’obtiendrez rien du tout…

Certes, cette situation n’est pas la plus fréquente (heureusement !) mais vous devez quand même anticiper et estimer le coût que cela peut représenter pour vous pour le provisionner et l’inclure dans votre prévisionnel (en rajoutant un pourcentage d’impayés).   Il ne faut pas avoir peur d’aborder ce point là, y compris si vous voulez obtenir des financements et présenter votre business plan à un banquier par exemple. Ce sera au contraire perçu comme un gage de sérieux puisque vous montrerez que vous avez une vision réaliste de votre marché et de votre future entreprise.

Les frais liés aux achats

Il ne faut pas compter que les achats à proprement parler.

Vous devez aussi inclure différents éléments :

  • le coût du stockage
  • les conditions d’achat : le versement d’un acompte par exemple, les frais de transport liés aux achats (ils ne sont pas forcément inclus dans le prix de vente des fournisseurs, tout dépend du contrat et de la marchandise achetée)
  • les éventuelles commissions d’intermédiaires ou d’agents commerciaux
  • les conséquences liées à une rupture de stock, à une marchandise défectueuse ou non conforme (gestion des retours clients, remboursements….)
  • si vous achetez à l’étranger, et notamment en Chine, vous pouvez avoir à payer un intermédiaire chargé de choisir et de contrôler les fournisseurs

Les coûts liés à la création et au financement de votre entreprise

En fonction des solutions que vous allez trouver pour financer votre entreprise, il peut y avoir des coûts à rajouter :

  • vous empruntez auprès d’une banque : vous devez intégrer vos mensualités pour rembourser votre prêt mais aussi le coût total du financement (les intérêts et l’assurance)
  • vous ouvrez un compte courant d’associé : il y a parfois des intérêts et il ne faut pas oublier que l’associé titulaire de ce compte peut décider par la suite d’en demander le remboursement
  • vous effectuez des apports en nature : en fonction du statut de la société et du montant de l’apport, il peut être obligatoire de faire appel à un commissaire aux apports (il faut donc prévoir le montant de ses honoraires)

Les coûts des différentes solutions de paiement

Il est toujours préférable d’offrir à vos clients la possibilité de choisir entre plusieurs solutions de paiement : paypal, chèque, virement, carte bancaire, etc…

Mais certaines d’entre elles vont avoir un coût :

  • les solutions comme paypal ou autres supposent le versement d’une commission
  • pour pouvoir accepter les cartes bancaires vous devez soit passer un contrat avec une banque (il y a donc des coûts à anticiper) soit passer par les outils proposés par certains prestataires (paiement d’une commission sur chaque vente + le cas échéant, location d’un terminal de paiement adapté)

Les actions de communication

Si vous voulez trouver des clients, vous devez faire connaître votre entreprise. Et pour cela, vous devez communiquer !

Cela passe par la création d’un site web professionnel, par une présence en ligne (travail sur le référencement, animation de pages dédiées sur les réseaux sociaux), par l’envoi de communiqués de presse, par la création d’outils adaptés en ligne (newsletter, campagnes d’emailing) ou hors ligne (cartes de visite, flyers, affiches, marquage de véhicule…), par la mise en place d’offres promotionnelles ou de partenariats….

Les cotisations, les impôts, les taxes et votre rémunération

  • Combien allez-vous avoir de cotisations à payer ?
  • De combien allez-vous avoir besoin pour vivre ? Allez-vous percevoir une rémunération ou des dividendes ?
  • Quel est le montant des impôts et des taxes que vous allez avoir à payer ? (CFE, contribution à la formation professionnelle, impôt sur les sociétés, TVA….)

Le temps de démarrage de votre activité et les périodes creuses

Prospecter, se faire connaître et trouver ses premiers clients prend du temps. Or pendant ce temps là, il faut quand même continuer d’investir (communication, frais liés à la prospection…) et être capable d’assumer différentes charges (votre loyer pro et perso, vos assurances, etc….).

De même, vous devez prévoir une trésorerie suffisante pour gérer les périodes creuses en cours d’année : il peut y avoir une baisse d’activité saisonnière, un gros client peut décider de faire appel à un concurrent ou avoir des problèmes de budget….

Et vous, qu’en pensez-vous ? A votre avis quels sont les coûts que les porteurs de projets ne devraient surtout pas oublier ?

Crédit photoShutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement