Comment faut-il s’y prendre pour mettre en place le questionnaire de votre étude de marché ? S’il n’y a pas un “mode d’emploi” à suivre à la lettre, il y a malgré tout des erreurs à éviter si vous ne voulez pas vous planter. En voici quelques-unes…

Ce dossier est réalisé à l’occasion de l’événement éditorial spécial “Réussir son Étude de marché” du  15 au 22 septembre 2015 sur Gautier-Girard.com.

Réaliser le questionnaire d’une étude de marché

1) Rédiger votre questionnaire à la va-vite

Vous ne faites pas une étude de marché parce que tel ou tel organisme (CCI, BGE…) vous a demandé d’en faire une.  Vous la faites parce qu’il est primordial de cerner les attentes et les habitudes de consommation de vos futurs clients.

C’est pour cela qu’il faut prendre le temps nécessaire de rédiger un questionnaire qui tienne la route. Quitte à vous faire accompagner par un prestataire si c’est nécessaire.

Vous devez vous intéresser à l’enchainement des questions (à ce sujet, voilà un dossier à lire attentivement : Comment réaliser un bon questionnaire ? ) mais aussi à leur pertinence. Il est d’ailleurs vivement recommandé de tester votre questionnaire auprès de quelques personnes avant de le diffuser plus massivement, cela vous permettra d’identifier en amont les points de blocage.

2) Mal définir votre cible

L’étude de marché ne se résume pas à la réalisation du questionnaire !

Sauf si vous voulez par exemple vérifier l’attrait d’un nouveau concept, le questionnaire va être  plutôt réalisé à la fin de votre étude de marché. Vous devez donc vous documenter et même réaliser une étude de terrain en amont pour, entre autres, bien cerner votre cible (et votre cœur de cible).

Qui sont vos futurs clients ? Où se trouvent-ils ? Quelles sont les supports de vente ou les circuits de distribution qu’ils utilisent ?

Pour valider votre stratégie commerciale, vous devez savoir à qui vous devez interroger. Sinon, votre questionnaire ne servira à rien.

3) Utiliser la solution de facilité pour obtenir des réponses

C’est une erreur qui découle directement du point n°2.  Le but n’est pas de diffuser le plus largement possible votre questionnaire si cela n’est pas adapté à votre future activité.

Imaginons par exemple que vous ayez envie de lancer un magasin de chaussures dans un quartier proche de chez vous. Avoir les réponses de gens qui vivent à l’autre bout de la France et ou dans une région limitrophe ne vous sera d’aucune utilité.

Autre exemple : si vous voulez lancer une boutique en ligne qui vend des produits destinés aux seniors, c’est leur avis que vous devez recueillir.

N’hésitez pas  à sortir de la logique du “tout-en-ligne” pour aller rencontrer directement vos futurs clients ! Servez-vous aussi des premières questions pour écarter les profils qui ne correspondent pas à votre cible.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Shutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement