Nombreux sont les créateurs d’entreprise qui abandonnent leur création faute de trouver les financements nécessaires.

Souci de financement d’entreprise : que faire ?

Dans la mesure du possible, mon conseil est le suivant :

Aidez-vous vous mêmes.

J’entends par là : évitez de toute façon de compter sur les aides. A mon sens celles-ci sont des “cerises sur le gâteau”. Mais ne doivent en aucun cas être des pré-requis indispensables pour que l’entreprise puisse voir le jour.

Si vous voulez vraiment que votre projet d’entreprise naisse, pensez vous VRAIMENT qu’il soit judicieux de compter pour cela sur le bon vouloir de personnes tierces ?

Pour celles et ceux qui sont dans l’impasse avec leurs financements :

Il me paraît possible d’éviter de jeter l’éponge de deux façons. Cette opinion se base sur deux principes :

  • Être humble avec son projet ne coûte pas plus cher.
  • Prendre le temps pour pouvoir mettre en place son projet ne coûte pas plus cher.

Lorsqu’on intègre ces deux principes, alors on peut prendre la liberté de réfléchir et d’ouvrir d’autres portes, dans sa tête. Pour aboutir à ce que l’on veut mais sans passer par la porte principale ni emprunter la voie royale.

On va passer par la toute petite porte là, derrière la maison. Regardez. Oui oui celle bien planquée derrière des arbres, des buissons et accessible uniquement par un escalier escarpé.

Essayons de passer par là, suivez moi.

2 astuces pour trouver de l’argent là où il n’y en a pas

Premier conseil : baissez, rétrécissez, divisez comme une peau de chagrin l’envergure de votre projet

Etre moins ambitieux, faire baisser l’envergure de son projet de création d’entreprise

C’est très efficace mais pourtant vous êtes nombreux à ne pas le prendre au sérieux.

Peut-être parce qu’il est tout bête ?

D’autres bien avant nous l’ont déjà fait : à votre avis, comment ont fait nos grands parents lorsqu’ils ont démarré ? Comment faisait-on sans crédit, sans aide, avant ?

Ils ont fait très simple, à la mesure de leurs moyens : ils ont commencé petit. Tout petit petit petit.

En découpant son projet, on arrive à faire se rejoindre ses ambitions d’un côté et ses moyens de l’autre. Le concept est de diviser la taille de votre projet. Par 2, par 3, par 10, par 100. Jusqu’à ce que les coûts pour démarrer correspondent à l’argent que vous pouvez mettre là maintenant, tout de suite.

Si vous avez 1000 euros mais que vous pensez avoir besoin de 10 000 euros : Divisez par 10 la taille de votre projet.

C’est simple et ça marche. Bonne nouvelle supplémentaire, après avoir revu votre projet : si vous êtes habile avec votre banquier, vous arriverez très certainement à lui faire sortir son chéquier pour que la banque ajoute 1000 euros aux vôtres.

De 10 000 vous passez à 1000 puis à 2000. Le projet initialement divisé par 10 ne l’est plus que par 5. Les 1000 que vous accordera certainement votre banque sont justifiés par ce que vous êtes capable de financer 50% du projet. Le crédit de la banque est dans ce cas uniquement la cerise sur le gâteau. Le gâteau, c’est vos 1000 euros à vous.

Divisez votre projet pour gagner de l’argent facilement et rapidement. Exemple :

Vous vouliez partir avec un stock de 1000 pièces de vêtements pour vous lancer ? Partez donc avec 10 pièces, de préférence en S, M, L et XL pour couvrir 80% des besoins. Personnellement je ne prendrais même que du M et du L pour m’approcher du 100% et ainsi être sûr et certain de pouvoir quasiment tout écouler très rapidement.

Vendez-les. Faites votre marge, prenez votre bénéfice.

Puis rachetez en 20. Et ainsi de suite jusqu’à avoir les 1000 pièces que vous vouliez.

Vous allez me dire “OK génial je vais mettre 1 an à avoir un salaire décent”.  Bien sûr que cela prend plus de temps, cependant au moins, vous avez pu la lancer votre entreprise.

Second conseil : s’éloigner du projet initial pour mieux y retourner… plus tard

Contourner le souci

Cette approche consiste tout simplement à abandonner temporairement le projet en cours pour en réaliser un qui s’en rapproche, mais requérant peu ou pas de moyens financiers du tout.

J’entends par là, se lancer dans un projet connexe au projet initial, mais qui coûte nettement moins cher.

Exemples de projets de créations d’entreprises connexes

  1. Vous voulez acheter un restaurant : lancez vous comme chef à domicile en attendant.
  2. Vous voulez vous lancer dans le gardiennage : démarrez comme sous-traitant.
  3. Vous voulez lancer une boutique : démarrez votre commerce en faisant de la vente en réunion, sans la boutique et donc sans devoir acheter du stock, verser des loyers, etc etc.
  4. Vous voulez ouvrir une librairie : commencez par ouvrir une petite communauté de lecteurs sur Internet et développez des revenus accessoires (publicité, commissions sur les achats de livres sur Amazonou ailleurs, …)
  5. Vous voulez vous lancer dans le paysage : équipez vous pour faire exclusivement de l’entretien sur 1 ou 2 types de prestations (genre tonte + taille) pour démarrer.
  6. Vous voulez créer un parc de loisirs pour enfant : commencez par acheter et revendre des équipements de jeux pour enfants à installer dans les jardins des maisons individuelles.
  7. etc etc.

Les exemples ci-dessus sont le fruit de mon imagination, mais comme vous êtes spécialiste de votre domaine je suis sûr que vous arriverez à trouver mieux pour ce qui vous concerne vous.

L’approche est celle-ci : réfléchir pour développer une stratégie de contournement du problème.

Vous avez un projet A mais n’avez pas, en face, le budget qui permet de le réaliser. Alors réfléchissez à comment des projets B, C ou D, nettement moins ambitieux coûteux pourraient vous mettre sur les rails, vous permettre d’accumuler du capital que vous utiliserez plus tard pour réaliser votre projet initial A.

Dans tous les cas, sauf si vous avez de bonnes raisons, n’abandonnez JAMAIS.

Qu’en pensez-vous ?

Bonne chance à celles et ceux qui tentent leur chance.

Crédits photos : Merci à  stuartpilbrow, Pesterussa, et rosipaw.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement