Comment réussir à surmonter les obstacles et à influencer les autres positivement ? Qu’il s’agisse de relever un défi, de motiver une équipe, de convaincre un client, ou de booster vos capacités créatrices, les mots que vous allez employer ont presque autant d’importance que le contenu de votre argumentaire.

 Il faut bien comprendre une chose : le cerveau humain est à la fois génial…et incroyablement paresseux. S’il n’est pas stimulé, il a tendance à se contenter de généraliser ce qu’il croit être vrai sans trop se poser de questions. Cela fonctionne aussi bien avec les croyances qu’avec la perception qu’il peut avoir des phrases entendues/lues.

Cette paresse du cerveau peut être une source de blocages si vous vous laissez enfermer dans des croyances limitantes (“Je n’en suis pas capable”, “Je n’y arriverais pas”, “Je n’ai jamais eu de chance”, etc.). Mais elle peut aussi être très positive si vous apprenez à l’utiliser à votre avantage.

Dans le dossier “Quand vous faites fuir vos clients sans vous en rendre compte…”, vous avez pu découvrir pourquoi le fait d’employer un vocabulaire négatif communique à vos interlocuteurs une émotion négative peu propice aux relations d’affaires constructives.

L’utilisation de certains mots qui vous semblent neutres va avoir exactement le même impact : en choisissant la bonne locution/conjonction, vous pouvez influencer votre état d’esprit…et celui des autres !

Voici un exemple avec une locution “magique” : même si.

Découvrez le pouvoir des mots pour booster votre communication mais aussi votre potentiel

Découvrez la force du “Même si”

Prenons 3 locutions/conjonctions très fréquemment utilisées : et, mais et même si.

Avec elles, il est possible de construire des phrases similaires mais dont l’impact sera sensiblement différent. Exemple :

  1. Je veux entreprendre et je n’ai pas beaucoup d’argent.
  2. Je veux entreprendre mais je n’ai pas beaucoup d’argent.
  3. Je veux entreprendre même si je n’ai pas beaucoup d’argent.

Les données sont les mêmes : il y a d’un côté votre volonté de créer votre entreprise et de l’autre votre manque de moyens financiers. Toutefois, le résultat obtenu est très différent !

La première phrase (ET) est neutre  : les deux informations sont énoncées sans qu’il y ait une intention particulière ni une indication sur le degré d’importance de chaque affirmation.

La seconde phrase (MAIS) réduit l’expérience positive et focalise l’attention sur le point négatif : le manque d’argent. Si vous vous répétez ça à longueur de journée, vous risquez de penser sans cesse à tout ce que vous ne pouvez pas faire avec vos faibles moyens. Quant à vos différents interlocuteurs, ils douteront davantage de votre projet ou de votre capacité à le mener à bien.

La dernière phrase (MÊME SI) valorise le côté positif : vous avez envie de lancer votre activité.  Le manque de ressources financières est perçu comme étant un frein susceptible d’être surmonté. Il y a d’ailleurs des solutions : commencer petit (voir à ce sujet : 2 astuces pour financer son entreprise quand on a pas d’argent), trouver un associé prêt à investir davantage, solliciter des investisseurs… ou alors adopter la stratégie du “système D” à l’image de Dominique Fondrede, le dirigeant de RECEPIEUX (Rejeté par les banques, cet entrepreneur innove et réussit à vendre son savoir faire dans le monde entier).

Libérez votre créativité et votre potentiel

Evidemment, remplacer “mais” par “même si” ne va pas transformer votre vie d’un coup de baguette magique. Pourtant, ce changement est loin d’être anodin, surtout si vous le couplez à d’autres techniques de PNL et de communication.

La philosophe Catherine Malabou, professeure à l’université de Kingston (Royaume-Uni), estime par exemple que la frontière entre cerveau et machines est poreuse, voire bientôt abolie (source).  Sans aller jusque là, les neurosciences ont clairement montré que le cerveau fonctionne un peu à la manière d’un ordinateur : pour qu’il puisse exprimer tout son potentiel, il faut le programmer correctement et utiliser les bons logiciels.

Les mots que vous employez dans vos argumentaires de vente, dans vos présentations et dans vos propres pensées communiquent, même à votre insu, des intentions et des émotions. Ce phénomène est accentué lorsqu’il y a une répétition (exemple : quand vous ressassez des idées négatives, quand vous mettez systématiquement un “mais” dans vos phrases…).

Il est donc intéressant d’habituer votre cerveau à avoir de bons automatismes !

Remplacer, lorsque cela est possible, le réducteur “mais” par “même si” va avoir des effets très positifs :

  • sur vous : vous libérez votre créativité car votre cerveau perçoit l’obstacle comme étant franchissable. Vous allez donc chercher des solutions pour avancer plutôt que de vous lamenter sur votre manque de chance.
  • sur les autres : vous communiquez une émotion  favorable aux relations d’affaires (ventes, partenariats…), surtout si l’idée positive est forte et bien formulée, tout en montrant que vous avez conscience des freins/obstacles/défis.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Bradjward 

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement