Lorsqu’une adresse e-mail est blacklistée, cela signifie qu’elle est directement bloquée par les opérateurs ou les filtres anti-spam.  Du jour au lendemain, plus personne ne reçoit vos messages !  Un cauchemar pour tous les entrepreneurs qui ont besoin de communiquer avec leurs clients ou avec leurs prospects…

Pour vous éviter de vous retrouver dans une telle situation, voici de bonnes pratiques à mettre en place :

Qualifier votre base de données

Halte aux inscriptions forcées à votre liste de contact ! Elles sont contre-productives puisque vos courriels vont être assimilés à du spam… Au-delà des risques de blacklistage, vous contribuez à véhiculer une image négative de votre entreprise, ce qui aura forcément des conséquences sur la réussite de votre business.

Ne cédez pas non plus à la tentation d’acheter un fichier d’adresses e-mail à bas prix. Contrairement aux promesses affichées, de nombreuses adresses email ont été récupérées sur le web, à l’insu de leurs détenteurs. Il arrive même parfois que les opérateurs laissent un accès à des faux emails pour pouvoir ensuite repérer les spammeurs…et les blacklister. En prime, vous perdez un temps précieux à envoyer des e-mails à des prospects qui ne correspondent pas à votre cible.

Il n’y a donc pas de secret : soit vous êtes disposé à investir dans une liste d’emails qualifiée, soit vous devez prendre le temps de créer votre propre fichier. Cette seconde solution demande beaucoup plus de temps,  mais sur le long terme c’est une option pérenne et rentable.

Enfin, n’oubliez pas d’actualiser régulièrement votre base de données en supprimant les bounces. Ce sont les équivalents web du célèbre NPAI (N’habite Pas à l’Adresse Indiquée), qui correspondent à toutes les adresses inactives ou erronées.

 

Faciliter le désabonnement

Vous envoyez une newsletter à vos clients ou à certains prospects ? Pensez à insérer un lien à l’intérieur de chaque message pour faciliter la désinscription à votre liste de contacts. Vous pouvez aussi rajouter la possibilité de se désabonner au dessous de l’encadré présentant votre newsletter sur votre site web.

Dans tous les cas de figure, vous devez montrer votre réactivité en traitant dans un délai assez bref (24 ou 48 heures par exemple) toutes les demandes de désabonnement ou les réclamations liées à la fréquence d’envois des courriels.

S’il vous est impossible d’apporter une solution immédiatement, il faut alors envoyer un message-type montrant que la demande de votre client a bien été prise en compte et préciser le délai d’intervention.

Crédits photos : merci à Sean MacEntee, à derrickkwa, à jayfreshuk

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement