Parité euro dollar, euro, dollar : L’euro passe la barre du 1,5 dollar : raisons et analyse

L’euro bat des records et s’échange en ce moment à 1,5 dollar (1,5059$ il y a quelques minutes). Cette montée de la monnaie unique fait suite à des bonnes nouvelles venues de ce côté-ci de l’Atlantique… contre des mauvaises nouvelles venant des Etats-Unis.

Nouvelles moroses en zone euro… et mauvaises aux Etats-Unis

En zone euro, c’est l’Allemagne qui alimente l’optimisme. Malgré les prévisions de ralentissement de la croissance, c’est l’augmentation de l’indice IFO du moral des entrepreneurs allemands qui a redonné des couleurs aux opérateurs financiers.

Aux Etats-Unis, c’est la confiance des consommateurs et de la FED qui font défaut. On apprenait hier que la confiance des consommateurs américains s’est dégradée en février à 100,6 points contre 114,3 le mois précédent. L’indice de confiance du Conference Board (FED) a chuté à 75 points en février, soit 12,3 points de moins que le mois précédent. C’est son plus bas niveau depuis cinq ans.

La FED laisse anticiper une nouvelle baisse des taux tandis que la BCE ne bougera pas

Aux Etats-Unis, une baisse des taux est à prévoir : Ben Bernanke, le Président de la Réserve Fédérale américaine annonçait lors de sa dernière allocution que la FED pourrait baisser de nouveau ses taux d’intérêt. Lors de sa nouvelle intervention d’hier, il a laissé beaucoup plus clairement entendre que la FED s’apprête à diminuer ses taux d’intérêt. Le taux directeur actuel est à 3%.

En zone euro, les taux devraient rester inchangés : les nouvelles pas si mauvaises venant d’Allemagne et de France (les deux premières économies de l’euro) laissent entendre que la BCE ne changera pas ses taux d’intérêt. Le taux directeur actuel est à 4% en zone euro.

Deux facteurs expliquent la montée de l’euro par rapport au dollar

Ainsi donc, la mauvaise santé de l’économie américaine et la morosité actuelle de la zone euro (même si cela se présente un peu mieux) se conjuguent avec de larges anticipations sur l’accroissement du différentiel entre les taux d’intérêt d’un côté et de l’autre de l’Atlantique.

Actuellement le différentiel entre les taux d’intérêt est d’un point : 3% de taux d’intérêt aux Etats-Unis, 4% en zone euro. La FED laisse clairement entendre qu’elle baissera ses taux tandis que la BCE laissera les siens inchangés.

Ces nouvelles conjuguées amènent les opérateurs financiers à préférer acheter de l’euro par rapport au dollar. Celui-ci rémunère mieux, et devrait encore rémunérer plus… d’autre part sur le plan de l’économie réelle, les opérateurs pensent que la zone euro est en meilleure santé que les US.

Ainsi donc, l’euro devrait rester à des niveaux élevés… on en parlait déjà en réaction de cet article, n’hésitez-pas à poursuivre la discussion dans ici ou dans l’article en lien.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement