économie américaine, FED relance économique, Ben Bernanke : Les perspectives d’activité américaines s’assombrissent

3 chiffres tombés cette semaine confirment une croissance faible aux Etats-Unis en 2008. Il s’agit du chômage aux Etats-Unis qui poursuit son ascension, l’indice des indicateurs avancés qui diminue, et enfin l’indice de la FED de Philadelphie.

Les inscriptions au chômage augmentent toujours

Le nombre d’inscription au chômage augmente toujours d’une semaine à l’autre. Les marchés s’attendaient à une rétractation importante du nombre de demande mais celle-ci est moins forte que prévue. Le nombre d’inscriptions au chômage s’est élevé à +349 000 en repli de -9000 par rapport à la semaine précédente… et le chiffre révisé de la semaine précédente montre une augmentation de +1000 au lieu des -9000 inscriptions initialement calculés.

A ce jour, 2,78 millions de chômeurs touchent des allocations, soit 48 000 personnes de plus que la semaine dernière.

Les indicateurs avancés de l’économie américaine sont à la baisse

Les indicateurs avancés sont un panier d’indicateurs utilisés par la FED pour anticiper l’activité aux Etats-Unis dans les prochains moins. En février, cet indicateur a diminué de -0,1% à 135,8 points. Cette diminution est la quatrième consécutive aux Etats-Unis.

Ce mois-ci, c’est la diminution des valeurs boursières et la diminution des demandes de permis de construire en février qui l’ont plombé.

L’activité industrielle de la région de Philadelphie se contracte plus que prévu

Les analystes attendaient un indice en chute de -11… et c’est une chute de -24 qui se fait jour.

42% des 120 grandes entreprises de la région de Philadelphie ont vu leur activité diminuer en février contre +18% qui ont fait part d’une augmentation.

Les chiffres donnent raison au Président de la FED

Comme je vous le disais la semaine dernière, Ben Bernanke, le Président de la FED américaine anticipe largement cette contraction de l’activité économique pour les 6 prochains mois. Pour le moment, c’est son scénario qui se confirme.

Cela laisse présager une nouvelle diminution des taux d’intérêt américains. Alors que de l’autre côté du Pacifique, c’est la Chine qui annonce des voyants passant au rouge. Une nouvelle diminution des taux américains pourrait engendrer un afflux de capitaux vers la Chine déjà submergée de liquidités, et faisant face à une inflation galopante.

Nul doute que les deux grandes puissances chercheront à se protéger chacune de leur côté de l’océan… l’une contre l’autre ?

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement