Espionnage industriel, veille économique, espionnage économique : Espionnage industriel : cela n’arrive pas qu’aux autres

Un ancien cadre de Michelin a été arrêté car il est soupçonné d’avoir tenté de vendre des secrets à son principal concurrent, Bridgestone. L’ancien cadre avait démissionné de son poste au siège de Michelin à Clermont-Ferrand avant de prendre contact avec Bridgestone par email. Il demandait 100 000 livres sterling (environ 134 000 euros) en échange de ses secrets.

Manque de chance pour le cadre… Bridgestone, qui est le numéro 1 mondial du pneu, a averti dès le départ son concurrent Michelin (numéro 2) de cette tentative de commerce d’informations. Le cadre croyait discuter avec des représentants du constructeur japonais alors que ce sont des personnes de chez Michelin qui étaient au bout de la ligne.

On parle ici de grandes entreprises. Mais combien sont les PME victimes de ce même type d’agissement au jour le jour ? N’oubliez jamais que le savoir est l’une des clefs du succès. De ce fait les personnes qui détiennent le savoir doivent être bien rémunérées et bien fidélisées à votre entreprise. On ne peut pas empêcher l’espionnage industriel mais on peut tenter de le prévenir.

En fait, tout savoir ou tout procédé qui amène un avantage concurrentiel est susceptible d’être livré à des concurrents. C’est une pépite qui peut du jour au lendemain se retrouver partagée par plusieurs alors que vous en aviez la jouissance à vous seul. Cela va du marketing à la technique en passant par la qualité et le commercial. Si vous possédez une boutique cela peut-être le packaging de vos produits qui peut-être dévoilé. Ou le nom de vos fournisseurs. Et il ne suffit pas de vendre ce savoir pour qu’il se propage, il peut se propager simplement à l’occasion de changement d’employeur.

L’autre point à retenir est qu’il est préférable d’avoir plusieurs pépites plutôt qu’une seule.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement