Consommation des ménages en France, consommation française, croissance française : La consommation française en panne au début 2008 mais le bâtiment se porte bien

Deux nouvelles concrètes de la conjoncture laissent présager que les prévisions de croissance française se confirmeront en 2008. Il s’agit de la consommation des ménages et des prévisions dans le secteur du bâtiment.

Ces deux indicateurs sont importants pour l’analyse conjoncturelle : en moyenne, la consommation des ménages représente 60% du PIB français. Ensuite, en France comme ailleurs le secteur du bâtiment est un bon indicateur de l’activité économique.

La consommation des ménages en France diminue en janvier 2008

La consommation des ménages français en produits manufacturés s’est rétractée en janvier 2008 :  elle diminue de -1,2% en volume en janvier 2008, après +2,2% en décembre 2008.

Cette diminution est largement dûe à la chute de la consommation en bien durables qui est de -3,9% en janvier 2008 contre +4,1% en décembre 2007. En particulier, les diminutions d’achats d’automobiles sont décisives : -8,7% d’achats en janvier 2008 après +6,7% en décembre 2007.

On peut rapprocher cette information conjoncturelle avec une note que j’ai publiée mi-février (cette fois sur l’UE et la zone euro) :  les ventes de détail faiblissent ou stagnent.

Qu’est-ce que cela veut dire ? La réponse se trouve du côté de l’inflation : celle-ci se renforce, en particulier sur les biens consommation courante (logement, alimentaire, énergie…). Les français réservent donc leurs revenus à ces dépenses plutôt qu’à dépenser dans des biens durables et des produits manufacturés.

Voir le rapport de l’INSEE.

La conjoncture dans le bâtiment s’améliore en ce début 2008

Pendant ce temps, le secteur du bâtiment continue de se frotter les mains : les indicateurs de conjoncture publiés par l’INSEE montrent une activité soutenue ces derniers mois, ainsi que des carnets de commandes bien remplis pour les mois à venir.

Ainsi,

  • L’indicateur du climat des affaires est à 113 en février 2008 contre 111 en janvier (+ 2 points), la base 100 étant une moyenne de l’indicateur sur le long terme,
  • Le taux d’utilisation des capacités est très élevé : 94,5% en février contre 93,7% en janvier 2008.

Comme le dit l’adage, quand le bâtiment va, tout vaalors restons optimistes
Voir le rapport de l’INSEE.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement