Croissance française, croissance française 2007, PIB français 2007 : Croissance française 2007 : la France confirme son ralentissement économique

Une étude de l’INSEE publiée aujourd’hui donne les dernières nouvelles de la croissance française en 2007 (quatrième trimestre ainsi que l’ensemble de l’année 2007). En bref : la France confirme son ralentissement économique.

Voici les chiffres de croissance du PIB en 2007 :

  • Croissance du PIB français au quatrième trimestre 2007 : +0,3% (tombé ce matin),
  • Croissance du PIB français au troisième trimestre 2007 : +0,8%,
  • Croissance du PIB français au deuxième trimestre 2007 : +0,3%,
  • Croissance du PIB français au premier trimestre 2007 : +0,6%.

La croissance du PIB français s’élève ainsi pour toute l’année 2007 à +1,9% (contre 2,2% en 2006).

Pour être honnête le Gouvernement avait promis une nette embellie au dernier trimestre 2007 (souvenez-vous des mesures pour libérer la croissance et le pouvoir d’achat qui devaient montrer leurs effets en fin d’année…).

Pourquoi la croissance de la France est tombée en panne au dernier trimestre 2007

Ce qui est intéressant, c’est que les exportations ont diminué au dernier trimestre (-0,6% par rapport au 3ème trimestre) mais moins que les importations (-1,4% par rapport au 3ème trimestre). La contribution du commerce extérieur à la croissance du PIB revient du coup dans le vert à +0,2%.

C’est la variation des stocks qui cause une contribution négative à la croissance au dernier trimestre 2007. Une contribution négative des stocks veut dire que les stocks des entreprises ont augmenté par rapport au trimestre précédent. C’est ce qui s’est passé au dernier trimestre…

La variation des stocks a contribué pour -0,4% à la croissance alors que la demande intérieure (hors stocks) contribuait pour +0,5% à la croissance et le commerce extérieur pour +0,2%.

Comment le gouvernement va t-il réagir ?

Entre ce mauvais chiffre qui succède à l’effondrement récent des bourses, au moral des français qui se dégrade et aux soldes d’hiver 2008 qui n’ont pas été terribles à Paris… les mauvais chiffres s’accumulent pour les politiques depuis quelques semaines.

Manque de chance : les élections municipales ne sont que fin mars. Pour le Gouvernement, il devient ainsi de plus en plus urgent d’attendre

Voir le rapport complet.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement