Inflation zone euro, staglation zone euro, BCE inflation : L’inflation de la zone euro au plus haut depuis 14 ans

Alors que je pose la question d’une orientation vers la stagflation de l’économie américaine, c’est l’économie européenne qui glisse vers une croissance molle couplée à une inflation élevée.

En effet, l’indicateur avancé de l’inflation dans la zone euro s’établit à +3,2% en glissement annuel, pour le mois de janvier 2008. Il était de +3,1% en Décembre 2007 (source Eurostat).

Dans le même temps, le dernier chiffre de croissance sur 1 an (PIB) connu pour la zone euro est de +2,7%  au troisième trimestre 2007 en glissement annuel par rapport à 2006.

Paradoxalement donc on s’inquiète pour les Etats-Unis alors que la météo en zone euro est moins bonne à court terme.

La BCE prise à son propre piège ?

Alors que ces dernières années l’inflation restait sage en zone euro (entre 1% et 2%), et en tous cas inférieure à la croissance du PIB, depuis quelques mois l’inflation en zone euro est supérieure à sa croissance économique.
On sait que la priorité de la BCE est de faire respecter une inflation qui soit la plus faible possible dans la zone euro. Sous la pression des médias et des politiques, son président Jean-Claude Trichet est d’ailleurs régulièrement tenu de taper du poing sur la table pour le rappeler. Même à Davos en Suisse

D’un côté la croissance de la zone euro est faible.  Le PIB augmente de 2,7% sur 1 an selon le dernier chiffre connu. La BCE comme toute banque centrale pourrait donc baisser ses taux d’intérêt afin de soutenir la croissance du PIB. Ce qu’elle ne fait pas parce que ce n’est pas dans ses statuts.

De l’autre côté l’inflation de la zone euro est élevée. Si on suit le raisonnement de faire respecter une faible augmentation des prix… alors la BCE devrait augmenter ses taux d’intérêt, parce que l’inflation actuelle est 1,2 points au dessus du seuil d’alarme de la BCE. Le seuil d’alarme de le BCE est à 2% et nous sommes à 3,2% d’inflation.

Ainsi donc la BCE réalise le grand écart entre le dogmatisme idéologique de ses statuts et le pragmatisme de ses pratiques.

C’est à dire qu’elle ne fait rien.

Qu’en pensez-vous ? Puis-je faire de la provocation naïve en vous demandant si vous ne pensez pas qu’il faudrait une bonne crise économique pour remettre un peu d’ordre dans les statuts de la BCE ?

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement