2009, c’est l’année des records pour les entreprises : Les créations d’entreprises ont explosé en 2009. Les défaillances d’entreprises ont elles aussi explosé.

L’économie change… quel impact sur la taille des entreprises ?

Créations d’entreprises 2009 : De plus en plus de TRES petites entreprises créées

Ainsi, plus de 580 000 entreprises ont été créées en 2009. Dont plus de 428 000 entreprises individuelles, parmi lesquelles 320 000 sont des auto entreprises.

Les petites entreprises… des coccinelles!C’est ce que nous dit cette étude de l’INSEE.

Les auto entreprises étant en fait des personnes physiques qui se lancent à leur compte, ce sont donc 320 000 vraies personnes comme vous et moi qui sont devenues entrepreneurs en une année seulement.

Pas ou peu d’étude de marché, mauvaise gestion, sous capitalisation, …. ces entreprises individuelles, et les entrepreneurs individuels qui les dirigent font encore l’objet de nombreuses critiques. Certaines sont très justes, d’autres le sont moins : il s’agit plutôt d’une certaine condescendance à l’égard de statuts autrefois atypique et qui désormais se démocratisent.

Non, on a plus besoin d’avoir un statut social prédéterminé pour créer son entreprise. Non, on a plus besoin d’avoir un carnet d’adresses long comme la Tour Eiffel pour se lancer. Non, on a plus besoin d’avoir 7500 euros de côté ou plus pour créer son entreprise.

Les temps changent. Chacun peut prendre sa chance.

Défaillances d’entreprises 2009 : De plus en plus de PME sont défaillantes

Les moyennes entreprises, ces abeillesAinsi, plus de 61 000 entreprises se sont déclarées défaillantes en 2009 (source Altares / Les Echos).

Un record depuis 1993.

L’augmentation atteint +10,9% de défaillances par rapport à 2008, qui elle aussi étaient une très mauvaise année.

Le profil de ces entreprises en défaillance montre lui aussi ce changement :

  • Ce sont les PME qui sont les plus touchées par les défaillances. Les défaillances ont augmenté de +49% dans les entreprises de 3 à 200 salariés. Et de +62% pour celles qui emploient de 50 à 100 personnes.
  • Dans ce contexte, les défaillances de micro entreprises ont reculé, elles, de -6%.

… leur secteur d’activité lui aussi.

Par exemple, le secteur industriel est encore très touché : +15,8% de défaillances, et même +25,2% si on retire l’agroalimentaire. Les activités financières et d’assurances (elles aussi très pourvoyeuses d’emplois) sont à +36% de défaillances.

Small is beautiful ? Big is beautiful ?

Que les micro entreprises fassent le dos rond en temps de crise, ce n’est pas nouveau et c’est pourtant peu connu jusqu’à présent : Quand on a pas de possibilité d’être aidé, ni par les banques, ni par les organismes publics parce qu’on ne représente “que” son emploi et d’une façon générale que les chiffres sont trop petits, c’est bien difficile d’obtenir des soutiens.

Petite entreprise et grande entrepriseJe dirais que tout le monde ou presque s’en fiche, d’ailleurs : avez-vous vu la télévision faire la chronique de l’artisan du coin, père de famille, qui s’est suicidé parce que son entreprise a coulé ? Non, et pourtant cela arrive tous les jours. Allez savoir pourquoi c’est mieux accepté que celle d’un employé.

L’économie change à grands pas mais on ne sait pas ce que nous réserve l’avenir sur la morphologie de ces entreprises  : petites, moyennes, grandes ?

Pour ma part je me demande si le profil des entreprises ne va pas tendre vers une sorte de sablier dans la plupart des secteurs d’activités :

  • Des grandes entreprises et “grosses PME” en haut
  • Des “PME de taille moyenne” au centre
  • Des micro et des auto entreprises en bas

En partant de cette morphologie il ne fait pas bon se trouver au milieu puisqu’on subit la pression des plus gros ET des plus petits. On subit de plein fouet une double concurrence, en somme.

Medium is awful ?

Jusqu’à quel point doit-on faire grossir son entreprise ?

N’hésitez pas à donner votre avis!

Crédits photos : merci à Baloulumix, ComputerHotline, Pulihora, et Assbach.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement