Madame la Ministre déléguée à l’Artisanat, au Commerce et au Tourisme Pinel connaît-elle bien les dossiers qu’elle a en charge ? Connaît-elle les auto-entrepreneurs, le monde de l’entreprise ?

Le régime auto-entrepreneur attaqué

Les propos qu’elle a pu tenir hier sur ces auto-entrepreneurs qui créeraient, “notamment dans le commerce et l’artisanat, une concurrence déloyale avec les professionnels qui sont soumis à des règles sociales et fiscales et des normes différentes” surprennent.

On apprend aussi que le gouvernement “évalue actuellement le dispositif”. Et que “des ajustements seront apportés, une fois ses conclusions connues, et définis en concertation avec les organisations professionnelles représentatives”.

On comprend donc que quelqu’un a décidé en haut “qu’il y a un problème avec les auto-entrepreneurs”. On “évalue” histoire de donner des arguments plus ou moins factices et instrumentaliser les chiffres pour démontrer qu’il y a bien un problème, puis on va agir.

Saluons à ce propos l’efficace lobbying des organisations professionnelles de l’artisanat, des commerçants et du bâtiment, qui veulent tuer ce statut depuis sa naissance. Leurs efforts de sape de l’image des auto-entrepreneurs semblent porter leurs fruits à mesure du temps. Bravo !…

Un problème de marché et non un problème de charges

Qu’est-ce qui dérange ?
Ce qui dérange c’est la simplicité d’une part, et le fait de ne payer d’autre part des charges que lorsqu’on réalise du chiffre d’affaires.

On peut répondre que si un artisan en entreprise individuelle est dérangé par la concurrence supposément déloyale des auto-entrepreneurs, il peut devenir lui même auto-entrepreneur. Ainsi, ce supposé problème de concurrence déloyale serait réglé.

Qu’est-ce qui se passerait ?

L’artisan en question serait ainsi soumis aux mêmes lois du marché que les auto-entrepreneurs. Ce qui ferait la différence, c’est la qualité, le prix, et les compétences pour arriver à vendre.

Problème réglé.

La question que l’on est en droit de se poser, à ce propos, c’est quelle est la part d’artisans qui créent leur entreprise avec le régime AE, par rapport aux autres…

Se ficherait-on des 750 000 auto-entrepreneurs qui sont pourtant les premiers concernés ?

Comment peut-on affirmer de tels propos sans même avoir demandé ni pris en compte 750 000 personnes qui ont créé leur entreprise avec ce régime ?

Vraiment, sans considération de couleur politique mais très pragmatiquement, on est en droit de se poser de nombreuses questions au sujet des personnes qui nous gouvernent et de leur façon de gouverner.

On est aussi en droit de demander la vérité : quelle est la vraie raison pour laquelle certains veulent la fin du régime auto-entrepreneur.

A propos des “organisations représentatives”

Le problème ne serait-il pas que les organisations représentatives des artisans et des commerçants aient peur que leurs affiliés les quittent en masse à mesure qu’ils optent pour le régime AE ?

Ou qu’avec les auto-entrepreneurs, les Chambres des Métiers craindraient de recevoir moins de monde ?

Les gens malhonnêtes n’ont pas attendu le régime auto-entrepreneur pour abuser

Ne nous voilons pas la face pour autant : certains abusent honteusement du système.

Entre les patrons qui obligent des salariés à opter pour ce régime pour continuer à travailler, ceux qui fraudent, etc. Ces pratiques sont condamnables autant sur le plan moral qu’au niveau du droit.

Par contre, il me semble que les personnes malhonnêtes n’ont pas attendu l’avènement de ce régime pour être hors la loi.

Je trouve utile de le rappeler.

Il me semble aussi que chez les entrepreneurs qui n’ont pas ce régime, donc, chez les artisans, commerçants et professionnels du bâtiment en EI ou en société par exemple, il y a tout autant de problèmes et de personnes malhonnêtes.

Ne jouons donc pas l’angélisme mais soyons réalistes : des auto-entrepreneurs abusent de la même façon que des entrepreneurs en EI ou en société abusent.

Il est donc révoltant de constater que tous les auto-entrepreneurs sont attaqués parce que certains abusent et que des fédérations d’artisans, commerçants et du bâtiment puissantes jouent la sape depuis toujours.

Une fois de plus on oppose les uns aux autres : et si on jouait plutôt dans la même équipe ?

Les organisations professionnelles “défendent” leurs affiliés en attaquant les autres. Il serait peut-être temps de comprendre qu’il vaut peut-être mieux se considérer les uns les autres dans la même équipe que dans une équipe différente.

Arrêtons une fois de plus de se voiler la face : Un artisan/commerçant/professionnel du bâtiment, en EI comme en auto-entrepreneur, a plus a craindre du supermarché du coin (PME / grande entreprise), de la grosse société du bâtiment (PME ou grande entreprise) avec sa puissance, sa force de frappe et ses moyens, que du petit chef d’entreprise situé pas loin de chez lui.

L’équipe dans laquelle nous sommes nous, c’est celles des Très Petites Entreprises.

Je vous invite à prendre connaissance et à soutenir l’Appel aux entrepreneurs : 10 propositions en faveur des TPE.

Et à donner votre avis dans les commentaires de cet article…

Je termine par une idée : comme à peu près la moitié des EI sont au régime auto-entrepreneur aujourd’hui, pourquoi n’évaluerait-on pas le régime AE afin de l’étendre à toutes les Entreprises Individuelles, soit le strict inverse de ce que le gouvernement veut faire ?

Après tout, payer des cotisations uniquement si on rentre du chiffre d’affaires, c’est pas bête : cela peut paraître à la fois juste, simple et pratique pour tous.

N’hésitez pas à soutenir l’Appel aux entrepreneurs.

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement