A chaque retard de paiement, les entreprises françaises souffrent. D’après le dernier rapport de l’Observatoire des délais de paiement, 16 milliards d’euros échapperaient aux PME.

Les plus mauvais payeurs sont, sans surprise, les grandes entreprises : plus d’une sur deux continue de payer ses fournisseurs en retard. Les “petits retards” s’accumulent et, proportionnellement, elles sont aussi deux fois plus nombreuses que les PME à régler leurs factures avec des retards supérieurs à 2 mois.

D’après l’Observatoire, ces pratiques sont le plus souvent intentionnelles : les grosses sociétés profitent d’un rapport de force défavorable aux petits fournisseurs pour optimiser leur trésorerie…

Les retards de paiement des entreprises en 2015

Le rapport insiste également sur le fait que la loi de modernisation de l’économie (LME), qui a fixé un plafond aux délais de paiement, n’a pas vraiment changé la donne puisque la proportion de retards reste stable (32%) et “à un niveau qui reste très élevé”. Or, la probabilité de défaillance est multipliée par six à partir de 30 jours de retard. Le cabinet Altarès estime qu’en 2015, 15 000 défaillances sur les 62 000 comptabilisés ont été causées par des retards de paiement.

C’est donc toute l’économie qui subit les conséquences de ces mauvais comportements. L’État n’est pourtant pas un très bon élève : les ministères de la Culture, de la Défense, de l’Écologie et de la Justice pratiquent trop fréquemment les retards de paiement.

Vous pouvez consulter l’intégralité du rapport ici : Rapport annuel de l’Observatoire des délais de paiement

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photoShutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement