Fin 2016, la moyenne des retards de paiement est passée à 11,3 jours… soit un véritable record pour la France ! Fin 1994, quand Altarès a commencé à mesurer les retards, ils atteignaient près de 20 jours.

La France est donc sur la troisième marche du podium des retards, juste derrière l’Allemagne et les Pays-Bas (6,5 jours de retard ou moins en moyenne dans ces deux pays et plus de 8 entreprises sur 10 qui paient leurs factures à l’échéance en Allemagne).

Mais malgré tout, si dans notre pays plus de 4 entreprises sur 10 règlent leurs factures dans les temps, 33,6% ont des retards de paiement de 1 à 15 jours (alors que la moyenne européenne est de 26,5%).

Les retards de paiement en France fin 2016

Des disparités selon la taille des entreprises et le secteur d’activité

Ce sont surtout les petites entreprises qui ont fait des efforts. Par exemple, les microentreprises de moins de 3 salariés décalent le paiement de leurs factures de 11,6 jours en moyenne alors que les sociétés de plus de 250 salariés ont des retards de 14,4 jours.

Il y a également de grandes différences en fonction du secteur d’activité :

  • Les entreprises du BTP sont les championnes du paiement dans les temps : plus de 57 % des entrepreneurs paient sans retard et le décalage de paiement moyen est de 8,2 jours.
  • Dans le commerce, les retards sont plus importants que la moyenne nationale (12,4 jours), notamment dans la restauration, la coiffure et les soins de beauté (17 jours de retard en moyenne et plus d’une entreprise sur dix qui paient avec un décalage supérieur à 30 jours).
  • Dans l’industrie manufacturière, seulement 33,5% des entreprises paient leurs factures à l’échéance (retards de 1 à 15 jours dans 62,5% des cas).
  • Dans les services aux entreprises, les retards de paiement sont de 13 jours en moyenne et seulement 33,7% des entrepreneurs paient à l’heure.

Les comportements de paiement varient aussi en fonction des régions

Les comportements de paiement des entreprises et des organismes publics ne sont pas les mêmes selon les régions.

Le pourcentage de structures réglant leurs fournisseurs sans retard est :

  • supérieur à 45 % en Bretagne (45,4%), Centre Val de Loire (45,1%), Bourgogne Franche-Comté (47,4%) et Nouvelle-Aquitaine (48,8% en Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes).
  • compris entre 40 et 45% en Normandie (44,7%), Pays-de-la-Loire (42%), Grand-Est (40,9% en Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne), Auvergne Rhône-Alpes (42,2%), Occitanie (44,7% en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon) et Provence-Alpes-Côte-d’Azur (40,9%).
  • inférieur à 40% en Île-de-France (28,8%), Hauts de France (38,5% en Picardie et Nord-Pas-de-Calais), Corse (37,9%), Réunion (18%), Guadeloupe (16,6%), Martinique (15,7%) et Guyane (25,4%).

Et vous, qu’en pensez-vous ? Êtes-vous confronté à de gros retards de paiement de la part des entreprises ?

Crédit photo : Pictures of Money
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement