C’est une mesure qui n’a pas fini de faire du bruit dans les milieux des métiers de bouche (restaurants, boucheries, traiteurs, boulangeries, etc.) mais aussi des supermarché et hypermarchés : à partir de ce lundi 3 avril, les résultats des contrôles d’hygiène sont rendus publics.

4 notes peuvent être attribuées sous forme de smileys : très satisfaisant, satisfaisant, à améliorer et à corriger de manière urgente (cette dernière note entraîne une fermeture de l’établissement compte tenu du risque pour la santé publique).

Toutes ces données sont accessibles ici : les résultats des contrôles sanitaires accessibles à tous

Une application est également disponible pour les smartphones (Alim’confiance).

Pour l’instant, il y a environ 1100 établissements dont les résultats sont disponibles (ils concernent les contrôles effectués courant mars) dans les catégories suivantes :

  • alimentation générale
  • boucherie-charcuterie
  • boulangerie-pâtisserie
  • fromagerie
  • poissonnerie
  • restaurant
  • traiteur
  • libre-service
  • supermarchés/hypermarchés : rayon boucherie-charcuterie, rayon boulangerie-pâtisserie, rayon fromagerie, rayon rayon poissonnerie, rayon traiteur
  • restauration collective

Il faut savoir qu’en moyenne 55 000 contrôles sont effectués chaque année. La base de données va donc s’étoffer progressivement.

Les résultats des contrôles d’hygiène sont rendus publics

Un affichage en ligne pendant un an

Cette transparence a pour objectif de récompenser les “bons élèves” du secteur, de rassurer les clients et de contribuer à l’amélioration de l’hygiène en France comme cela se fait déjà dans 8 autres pays européens (Belgique, Danemark, Finlande, Irlande, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni).

Les résultats des contrôles sanitaires resteront en ligne pendant un an.

Les professionnels sont inquiets

Cette mesure est loin d’être plébiscitée par les professionnels du secteur qui redoutent plusieurs effets négatifs :

  • passer du niveau “très satisfaisant” au niveau “satisfaisant” pour une anomalie légère (par exemple une dalle de carrelage fendue) peut dégrader l’image de marque de l’établissement,
  •  cela crée une inégalité entre les établissements : certains afficheront dans leur vitrine la vignette “très satisfaisant” alors que ceux n’ayant pas été contrôlés n’auront pas cette possibilité même si leur établissement est irréprochable,
  • les guides et les réseaux sociaux vont pouvoir reprendre ces données contribuant à nuire de façon durable dans le temps à l’e-reputation de certains établissements.

Le syndicat UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie), qui se fait le porte-voix de ce mécontentement, aurait également préféré qu’il y ait simplement deux niveaux de notes (conforme et pas conforme).

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Karlis Dambrans
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement