Les dirigeants qui travaillent dans les “entreprises du péché” (boissons, jeux d’argent et tabac) sont mieux rémunérés que les autres : en moyenne, ils perçoivent 331 000 dollars de plus selon une étude réalisée par la Cass Business School de Londres.*

D’après les auteurs de cette étude (le Pr Pawel Bilinski de la Cass Business School et le Dr Jiri Novak de l’Université Charles de Prague), cet écart serait une forme de gratification destinée à compenser les conséquences personnelles et professionnelles du travail dans des industries qui transgressent les normes sociales . Ils ont par exemple des difficultés à faire partie d’autres conseils d’administration, ce qui est perçu comme étant un préjudice.

Les entreprises du péché : les salaires des dirigeants

Plus les “dommages perçus et causés aux consommateurs par les produits de la société” sont importants, plus les bonus augmentent. Les campagnes publiques négatives sur leurs produits ou de nouvelles réglementations plus contraignantes font encore grimper la rétribution des dirigeants.En moyenne, voilà le montant de la prime reçue :

  1. Tabac : 479 647 dollars
  2.  Jeux d’argent : 304 980 dollars
  3. Boissons : 297 738 dollars

Il faut également savoir que le montant de la prime est attribué de façon automatique, sans que les dirigeants soient dans l’obligation de négocier. Et s’ils ont de mauvais résultats, ils ne risquent pas le licenciement…
Sur 20 ans (1992-2012), le salaire moyen des dirigeants des entreprises du péché était de 1,9 millions de dollars.

 * enquête réalisée entre 1992 et 2012 d’après les salaires d’environ 100 dirigeants d’entreprises du péché de l’indice S&P 1500.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Shutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement