Mercredi 4 janvier, le gouvernement a lancé un tout nouveau dispositif dans le secteur du BTP : la carte d’identification professionnelle.

Ce document, prévu par loi Macron, est destiné à lutter contre le travail illégal sur les chantiers et il devrait devenir obligatoire d’ici juin 2017.

La nouvelle carte d’identification professionnelle dans le BTP

Cette carte, équipée d’un QR Code pour faciliter les contrôles des inspecteurs du travail, ressemble à une carte d’identité et comporte :

  • la photographie du salarié ;
  • son identité ;
  • pour les salariés des entreprises établies en France : la raison sociale de l’entreprise, le numéro Siren, et, en option, le logo de l’entreprise ;
  • pour les salariés des entreprises de travail temporaire établies en France : la mention “salarié intérimaire” ;
  • pour les salariés intérimaires détachés en France par une entreprise de travail temporaire établie à l’étranger : la mention “salarié intérimaire détaché”, la raison sociale ou le nom de l’entreprise de travail temporaire, en option le logo de l’entreprise ;
  • pour les travailleurs détachés en France par une entreprise prestataire de services établie à l’étranger : la mention “salarié détaché”, la raison sociale ou le nom de l’entreprise qui l’emploie, et, en option, le logo de l’entreprise.

2 millions de salariés et 500 000 entreprises sont concernés.

Le coût de la carte (10,80 euros pièce) sera à la charge de l’employeur.

Lorsque la carte sera obligatoire, si un salarié n’est pas en mesure de la présenter, l’employeur risquera jusqu’à 2 000 euros d’amende.

Pour en savoir plus et/ou demander la carte : Carte d’identification professionnelle

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement