La loi sur une république numérique a été présentée aujourd’hui au Conseil des ministres.

Parmi les dispositions phares de la loi Lemaire, il y a notamment la garantie d’un accès minimum au web en cas d’impayés liés à des problèmes financiers (voir ici).

Une autre mesure devrait faire parler d’elle : l’ouverture des bases de données publiques. Ce nouveau droit devrait être garanti par la CADA (Commission d’accès aux documents administratifs).

Cet article est réalisé à l’occasion de la semaine des Nouvelles Technologies du 9 au 16 décembre 2015 sur Gautier-Girard.com.

La loi Lemaire sur les nouvelles technologies

Préambule : comprendre ce que sont les mégadonnées (ou big data)

Chaque jour, chacun d’entre nous génère des données.  Quand vous publiez un message sur Facebook, quand vous achetez dans une boutique en ligne, quand vous éditez une vidéo sur YouTube, quand vous utilisez un service de géolocalisation….vous créez des données.

2,5 trillions d’octets de données sont ainsi produites quotidiennement (source).  Ce sont ces volumes massifs de données qui sont appelés big data. Pour les traiter, il faut disposer de solutions professionnelles spécifiques. A partir de là, il est possible de les utiliser pour définir une stratégie marketing/commerciale, pour proposer de nouveaux produits ou services….

Faciliter le développement de l’économie numérique

Si la loi Lemaire prévoit d’ouvrir gratuitement, par défaut, les données des entreprises publiques à tout le monde et sous un format réutilisable, c’est avant tout pour faciliter l’essor de l’économie numérique.

Ces données (collecte des ordures ménagères, circulation des trains, chiffres de Pôle Emploi, données cartographiques de l’IGN…) sont en effet une matière première qui peut être utilisée par des entreprises pour créer de nouveaux services (comme des applications par exemple).

Bon à savoir :  cette mesure poursuit une démarche déjà initialisée depuis deux ans et qui a notamment abouti à la création du site data.gouv.fr. Vous trouvez sur cette plateforme des données publiques à partager, améliorer ou réutiliser dans de nombreux domaines (agriculture et alimentation, culture, économie et emploi, éducation et recherche, international et Europe, logement, développement durable et énergie, santé et social, société, territoires et transports)

Prochaine étape : à partir du 19 janvier 2016, le projet de loi Lemaire sera examiné en première lecture au parlement.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Shutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement