Pourquoi confier vos colis et vos courriers urgents à des transporteurs quand les particuliers peuvent se charger de la livraison pour vous ?

L’idée de confier un petit paquet ou une lettre à un inconnu peut vous sembler bizarre. Pourtant, le crowdshipping se développe de plus en plus.  Il débarque même en France à l’initiative d’une jeune start-up parisienne, Jwebi,  fondée par Asma Ben Jema (la Présidente) et Bayrem Foudhaili (le Directeur technique).

crowdshipping.jpg

 Pourriez-vous vous présenter, ainsi que votre entreprise, en quelques mots ?

Je m’appelle Asma et je suis cofondatrice de Jwebi. Jwebi est une plateforme collaborative qui met en relation des particuliers souhaitant expédier ou acheter un bien à l’étranger avec des voyageurs prêts à les aider .

Avec Jwebi, le voyageur est gagnant car il rentabilise ses frais de déplacements et l’expéditeur est heureux car il envoie son courrier urgent ou son petit colis moins cher et rapidement.

Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer ce projet et d’où vient l’idée ?

Mon associé et moi avons lancé Jwebi car nous avons souvent besoin d’envoyer des courriers urgents ou des petits colis vers l’étranger. Cela peut paraitre anodin mais c’est vraiment une galère !

Exemple : La Tunisie n’étant qu’à deux heures de vol de Paris, on pourrait croire qu’envoyer un courrier ou un colis est rapide et pas cher, mais c’est l’inverse. Il est vraiment cher, difficile et improbable d’envoyer quoi que ce soit rapidement vers la Tunisie sans payer une fortune. Un courrier envoyé sous 48h coute 140€ ! Imaginez ce que ça doit être pour des destinations un peu plus lointaines.

Face à cette situation, certaines communautés essaient de trouver d’autres solutions. La communauté “expatrié” par exemple change ses habitudes et on voit de plus en plus de personnes rechercher des voyageurs pour transporter leur courrier ou leur colis. Les communautés “expatriés” africaines par exemple se déplacent directement aux aéroports et demandent aux voyageurs dans les files d’enregistrement s’il veulent bien transporter leur biens pour eux. Ça se fait aussi de plus en plus en ligne puisqu’on voit de plus en plus de demandes de ce genre sur des groupes Facebook dédiés aux expatriés.

Face à ce constat, mon associé et moi nous avons décidé de créer une plateforme collaborative qui mette en relation des voyageurs ayant de l’espace dans leurs valises avec des particuliers en galère et devant envoyer des courriers ou des petits colis urgents.

Et c’est là que Jwebi est né ! Au lieu de débourser une centaine d’euros et attendre de longs jours avant l’arrivée des biens à l’international , les utilisateurs de Jwebi pourront envoyer leurs courriers ou leurs biens en moins de 24h à partir de 8€.

Tous les services en « crowd » ont le vent en poupe : il y le crowdfunding, le crowdsourcing… Est-ce qu’il ne s’agit pas d’un effet de mode qui risque de s’essouffler à la longue ?

Je ne pense pas du tout que ce soit un effet de mode, je pense au contraire que c’est une tendance de fond.

Le marché de la consommation collaborative est un marché tout jeune connaissant une forte croissance, et toutes les études et les chiffres démontrent que ce n’est pas prêt de s’arrêter. Certains prédisent que ce marché pèsera plus de 100MM$ très bientôt.

Je ne pense pas que des plateformes comme Airbnb ou Blablacar vont disparaitre, bien au contraire. Je suis convaincu que ce n’est que le début d’un bouleversement dont on ne voit que les prémices. Nous travaillons pour faire en sorte que le crowdshipping fasse partie de cette révolution collaborative.

Comment procédez-vous pour faire connaître votre service ?

Notre plan au début est de faire connaitre Jwebi aux communautés qui utilisent déjà le crowdshipping d’une manière informelle.Ces communautés sont nombreuses, notre travail sera de les convaincre de formaliser l’informel.

Les réseaux sociaux sont très importants pour atteindre cet objectif puisque cette communauté fait partie de la génération Y, et que cette génération utilise beaucoup les réseaux sociaux.

Nous utilisons aussi d’autres outils pour faire connaitre Jwebi tels que les RPs qui nous permettent de toucher une cible plus large.

 Les clients ne sont-ils pas réticents à l’idée de confier leurs colis/lettres à des tierces personnes ? Comment faites-vous pour lever les éventuels blocages culturels ?

Nos clients ne sont pas réticents à le faire car ils ont souvent acquis des réflexes suite à l’utilisation d’autres plateformes de consommation collaborative. Sur Jwebi, les utilisateurs peuvent voir les informations que le voyageur a validé sur le site. Il est évident que s’ils ont le choix entre un voyageur anonyme et un voyageur ayant fait vérifier son numéro de téléphone et ses comptes sur les réseaux sociaux, ils choisiront le deuxième.

De plus, il est possible de voir l’historique de transaction des utilisateurs sur leur profil. Les expéditeurs ont donc tendance à choisir quelqu’un dont l’historique de transactions montre que c’est une personne de confiance.

Enfin, l’expéditeur ne rémunère pas directement le voyageur. Il paie Jwebi qui bloque la commission sur un compte séquestre. L’argent n’est libéré que si la transaction est confirmée par l’utilisateur.

Quels sont vos projets pour l’année à venir ?

Nous sommes entrain de préparer la deuxième version de la plateforme avec des corrections et des améliorations mais surtout avec un superbe application mobile. Nous avons aussi de nouvelles fonctionnalités qui arrivent, on vous laisse la surprise mais je pense que ça va vraiment vous plaire.

Nous sommes aussi entrain de développer Jwebi à l’international notamment en Afrique et en Europe.  Enfin, nous préparons une levée de fonds pour la fin de l’année 2015.

Merci Asma !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Shutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement