L’Autorité bancaire européenne (ABE) considère que l’utilisation d’une monnaie virtuelle, et notamment du bitcoin, est loin d’être anodine. La Banque de France, et même la banque centrale chinoise, ont également attiré l’attention des internautes sur les dangers liés à ces nouvelles monnaies numériques.

Pourquoi de telles mises en garde ? Voici 3 points essentiels à connaître sur le bitcoin :

Monnaies numériques : les dangers du bitcoin

1) Le bitcoin = une monnaie numérique

Il ne faut pas confondre monnaie numérique et solution de paiement numérique (paypal, paylib…).

Le bitcoin et les autres monnaies numériques sont des monnaies comme l’euro ou le dollar.  Il y a un cours fluctuant du bitcoin, des bureaux de change….  Il s’agit donc d’un équivalent virtuel aux espèces fiduciaires.

Vous achetez donc vos bitcoins avec de l’argent réel, et votre e-monnaie est ensuite stockée sur le disque dur de votre ordinateur. Ensuite, vous pouvez aller dans une boutique en ligne, ouvrir votre porte-monnaie numérique et payer “en liquide” un objet ou une prestation de services.

Pour cela, il vous suffit simplement de saisir l’adresse bitcoin (une suite alphanumérique) de l’autre compte.  Chaque adresse bitcoin est unique et ne sert qu’une seule fois mais vous pouvez en créer une nouvelle à chaque fois que vous le souhaitez.

2) L’engouement pour le bitcoin

En 2009, lors de sa création, le bitcoin ne valait pratiquement rien. Aujourd’hui, le cours du bitcoin  a explosé, allant même récemment jusqu’à dépasser les 1000 dollars (le cours est retombé depuis). Il y aurait aujourd’hui environ 11 millions de bitcoins en circulation et la masse monétaire des bitcoins est limitée à 21 millions d’unités.

D’autres monnaies numériques ont également été créées et elles sont de plus en plus populaires :

- parce qu’elles permettent d’exprimer certaines idées, comme le rejet du système bancaire classique,

- parce qu’elles protègent a priori votre vie privée : comme dans la vie réelle, vous payez “en liquide” sur le web.  On peut savoir que vous avez acheté des bitcoins, mais votre banquier ne saura pas comment ils ont été dépensés.

- parce que, comme avec une monnaie fiduciaire, le paiement semble plus rapide et plus simple.

De plus en plus d’e-commerçants  acceptent désormais les bitcoins. Il est possible de payer votre chambre d’hôtel, votre pizza livrée à domicile, la création de votre site web, du matériel high-tech, les jouets et les cadeaux pour les fêtes de fin d’année, les achats de particulier à particulier….

 3)  Les risques pour les utilisateurs de bitcoins (acheteurs et vendeurs)

Comme indiqué ci-dessus, les bitcoins s’achètent avec de l’argent réel.

Donc vous prenez le risque de perdre de l’argent :

- si vous avez un problème avec un acheteur ou un vendeur : les adresses bitcoin ne sont utilisées qu’une seule fois, un utilisateur peut en créer une nouvelle à chaque fois qu’il veut être payé ou qu’il veut acheter quelque chose.  Les risques de fraude ne sont donc pas négligeables.

- si votre porte-monnaie numérique est piraté et volé

- s’il y a un problème dans l’acheminement du transfert d’argent

- si votre plateforme d’échange de monnaies virtuelles fait faillite (bitcoin ou autre)

- si le cours du bitcoin s’effondre : il n’y a pas de cours légal du bitcoin, donc sans encadrement, cette monnaie numérique présente un caractère spéculatif.

Car en cas de problèmes, vous n’avez aucun recours, que vous soyez un particulier ou un professionnel pour une raison simple : actuellement, dans l’Union européenne, aucune protection règlementaire n’a été prévue.

L’Autorité Bancaire Européenne vous conseille donc, si vous achetez des devises virtuelles, de bien en comprendre “les caractéristiques spécifiques et de ne pas utiliser de l’argent réel que vous ne pourriez pas vous permettre de perdre”.

Crédit photo : merci à Dennis S Hurd

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement