Appel à témoignages : Vous êtes artisan, vous envisagez de l’être ou vous connaissez des artisans ? Exprimez-vous et donnez votre opinion sur le “Pacte pour l’artisanat” dévoilé le 23 janvier par Sylvia Pinel, la Ministre du commerce, de l’artisanat et du tourisme.

Le but de ce Pacte est de rassurer les artisans et de tenter de résoudre leurs principales difficultés.

7 enjeux stratégiques sont abordés :

Pacte pour l’artisanat

 1) Inciter les jeunes à s’orienter vers les filières de l’artisanat et renforcer l’attractivité de ces métiers

Il s’agit donc de donner un coup de pouce au recrutement car, notamment dans le secteur du bâtiment et des métiers de bouche, de nombreux artisans ne parviennent pas à trouver des candidats qualifiés.

Les moyens d’actions envisagés :

  • sensibilisation des jeunes aux filières artisanales dans le cadre du service public de l’orientation tout au long de leur cursus
  • promotion des filières artisanales en milieu scolaire
  • valoriser les filières artisanales pour qu’elles deviennent des filières de choix
  • diffusion de campagnes de communication sur les métiers de l’artisanat
  • soutien apporté à la semaine nationale de l’artisanat, toujours en direction des jeunes
  • développer le tourisme d’entreprise afin de moderniser l’image des entreprises artisanales et de susciter des vocations

2) Faciliter la reprise et la transmission d’entreprise

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : actuellement, plus de 60 % des entreprises artisanales ne font pas l’objet d’une reprise suite à un départ à la retraite.

Les moyens d’actions envisagés :

  • appliquer le contrat de génération concernant la transmission d’entreprise  : les entreprises de moins de 50 salariés pourront conclure un contrat de génération entre un jeune de moins de 26 ans embauché en CDI et le chef d’entreprise senior de 57 ans et plus si une transmission d’entreprise est envisagée (voir le contrat de génération)
  • renforcer les services de mise en relation des chefs d’entreprise avec d’éventuels repreneurs
  • informer sur la transmission d’entreprise en remettant un kit spécial à tous les artisans de plus de 57 ans
  • lancer une campagne d’information sur la reprise d’entreprise

3) Promouvoir les savoir-faire français et les productions locales

Le label “made in France” permettrait d’aider les consommateurs à distinguer les productions nationales et donc valoriserait l’artisanat français.

Les moyens d’actions envisagés :

  • les indications géographiques protégées (IGP), qui concernent actuellement les produits alimentaires,  seraient étendues aux produits manufacturés artisanaux nationaux (une proposition sera faite pour que cette mesure soit adoptée à l’échelle de l’Europe)
  • la production artisanale serait intégrée dans la définition de la marque France

4) Redéfinir le statut de l’artisan

Un statut spécifique serait proposé pour valoriser l’artisan et l’efficacité du répertoire des métiers doit être améliorée.

5)  Rénover le rôle des Chambres des métiers et de l’artisanat pour renforcer l’accompagnement des entreprises artisanales

Les CMA interviendraient à tous les stades du développement de l’entreprise.

Les moyens d’actions envisagés :

  • signature de contrats définissants les objectifs des CMA et renforçant leur mission d’accompagnement
  • amélioration du suivi statistiques des apprentis
  • actualisation des formations dans les CFA (centre de formation d’apprentis)
  • modification des formations des artisans pour qu’elles s’adaptent aux besoins de leurs activités
  • développement de l’accompagnement lors de la création de l’entreprise artisanale et de ses premières années d’activités
  • un interlocuteur référent unique serait attribué à chaque artisan dans les CMA
  • la prévention des difficultés serait améliorée par la création d’un outil de suivi
  • associer les artisans à la justice commerciale

6) Soutenir les entreprises artisanales dans leur besoin en financement

Il n’est un secret pour personne que les TPE ont des difficultés pour trouver des investissements…

Les moyens d’action envisagés :

  • faciliter l’accès au crédit grâce à un dispositif de garantie de la Banque Publique d’Investissement (BPI) pour éviter les difficultés de trésorerie
  •  la BPI devrait intégrer les besoins des entreprises artisanales dans son offre de financement
  • développer le régime de l’EIRL pour protéger le patrimoine de l’artisan
  • multiplier les surfaces consacrées aux activités artisanales dans les quartiers
  • soutien aux métiers d’art

7) Renforcer la compétitivité des artisans

Plusieurs pistes sont envisagées :

  • sécurisation des entreprises artisanales concernées par de la sous-traitance
  • faciliter l’accès à la commande publique via les groupements d’entreprise
  • accompagnement du secteur du bâtiment
  • aide à l’innovation
  • aide à l’export

OUI mais….

Il semble qu’il y ait de bons éléments dans ce pacte, comme le développement de l’aide au financement, au recrutement, et la promotion de la filière artisanale.

En revanche, le Pacte pour l’artisanat (à consulter ici) ne présente pour l’instant aucune mesure chiffrée et certains objectifs sont imprécis (”aide à l’innovation” : comment ? avec quels moyens ?).

Le calendrier de mise en place des différentes mesures n’est toujours pas connu, mais il devrait y avoir des précisions suite aux discussions avec les organisations représentatives des artisans.

 Et vous, les artisans, vous en pensez quoi de ce pacte ?

 

Crédit photo : merci à Dries Verachtert

Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement