D’après le dernier référentiel de l’absentéisme, alors que 63% des sociétés ont connu une hausse de l’absentéisme entre 2009 et 2015, 81 % ne prennent aucune mesure pour gérer la charge de travail supplémentaire.

Le salarié absent n’étant pas remplacé, les autres collaborateurs assument ce surcroît d’activité jusqu’au jour où ils sont aussi absents à leur tour et ainsi de suite.

Un autre facteur pouvant expliquer l’augmentation de l’absentéisme est l’incertitude économique et notamment la difficulté à trouver un autre emploi (les salariés n’osent pas démissionner).

Lutter contre l’absentéisme dans les entreprises

Quelles mesures de prévention contre l’absentéisme ?

73% des DRH privilégient les contre-visites médicales.

38 % utilisent l’entretien de retour. Cet entretien permet d’accueillir le salarié absent lorsqu’il revient dans l’entreprise afin de l’informer des dossiers en cours, d’évoquer ce qui a été fait ou décidé en son absence, de voir comment il envisage la reprise et de détecter les causes éventuelles liées aux conditions du travail (afin de réaliser des aménagements).

35% misent sur la formation des managers, 23% sur le plan de prévention des risques psycho-sociaux, 22% sur un plan de maîtrise sanitaire, 18% sur une prime de présentéisme et 13% sur l’intéressement.

Sur le court-terme, le recours aux contre-visites médicales peut avoir un certain impact.

Mais dans la durée, après avoir observé ce qui s’est passé dans les différentes entreprises ayant testé ces dispositifs pendant 5 ans, il apparait que la prévention sur le bien-être au travail est nettement plus efficace.

Par exemple, seulement 19% des sociétés ayant utilisé les contre-visites médicales ont constaté une baisse de l’absentéisme. Ce taux grimpe à 29% avec l’entretien de retour et à 32% avec la formation des managers.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Federico Zanone
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement