Le salariat est-il en train de devenir un modèle dépassé en France ? En tout cas, comparés aux jeunes Allemands, les 18-24 ans sont vraiment attirés par l’entrepreneuriat : 40% d’entre eux ont envie de créer une activité (15% contre 14% des jeunes Allemands) ou de devenir chef d’entreprise (25% contre 11%).

Une étude menée par OpinionWay* pour Weebly (plateforme de création de sites Internet) à propos des “Projets professionnels personnels des actifs”, et publiée le 7 avril 2016, confronte les regards des Français et des Allemands sur le salariat.

Salariés et entrepreneuriat : les Français et les Allemands

Les Français ont envie d’entreprendre

On apprend par exemple que 64% des Français de 18-24 ans (contre 62% des Allemands) et 58% des 25-34 ans (53% des Allemands) accepteraient de gagner moins d’argent s’ils ont l’assurance d’avoir une vie professionnelle plus épanouissante. Cette tendance se confirme toutes générations confondues (56% contre 49%).

C’est ce qui explique sans doute que seulement 27% des 18-24 ans ont envie de travailler dans une grande entreprise ou une multinationale (contre 36% des jeunes Allemands).

Autre donnée qui tord le cou à l’idée reçue selon laquelle les Français n’ont pas l’envie d’entreprendre : 60% des Français ont déjà éprouvé le désir de créer un projet professionnel personnel dont 73% des 18-24 ans (contre respectivement 70% et 71% des Allemands).

Le contexte économique explique cependant pourquoi seulement 16% des Français (contre 27% en Allemagne) ont concrétisé leur projet. Mais il est également à la source de cet élan vers la création d’entreprise : si les salariés allemands peuvent envisager des perspectives satisfaisantes concernant leur carrière, les salariés français veulent du changement pour pouvoir se projeter dans l’avenir.

Quelles motivations et quels obstacles à l’entrepreneuriat ?

La volonté de gagner plus d’argent n’est pas le seul moteur pour entreprendre ! Cette raison n’arrive d’ailleurs qu’en 8ème position en France avec 29% (et en 2ème en Allemagne, avec 38%).

Les Français veulent surtout lancer leur business pour :

  • donner du sens à leur vie professionnelle: 38 % (25% des Allemands)
  • être davantage en cohérence avec eux-mêmes : 37% (31% en Allemagne)
  • progresser personnellement : ce motif atteint 47% chez les 18-24 ans
  • améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée : 40 % chez les 18-24 ans
  • ne plus avoir un supérieur hiérarchique

Ceux qui ne franchissent pas le cap ne restent pas salariés par crainte de travailler davantage (seulement 5% des répondants en France et 8% en Allemagne). Ils sont plutôt bloqués par des problèmes liés au financement (45% en France et 55% en Allemagne), à la prise de risque (44% en France et 49% en Allemagne), et à la perte du statut social (14% en France et 18% en Allemagne).

Ceux qui ont envie de créer un e-commerce rencontrent des difficultés pour trouver leur business model (51% en France / 59% en Allemagne), gérer le paiement et l’approvisionnement.

Les Français se dévalorisent-ils ?

Paradoxalement, alors qu’autant de Français ont envie d’entreprendre, ils ont tendance à croire que ce sentiment n’est pas partagé par leurs compatriotes.

Ainsi 64% de nos concitoyens et 58% des jeunes de 18-24 ans considèrent qu’il y a un “esprit d’entreprendre” en France. En Allemagne, ils sont respectivement 73% et 84% à le penser !

Et vous, que vous inspire cette étude ?

* étude réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population française (1048 personnes interrogées) et allemande (1001 personnes interrogées), constitué selon la méthode des quotas. Les interviews ont été réalisées du 4 au 8 mars 2016.

Crédit photo : Shutterstock.com
Mettre en favoris et partagerEntreprise»Abonnement